Moins de 1% des femmes entrepreneuses ont accès aux marchés publics

0
288

Une centaine de femmes de Dakar et de sa banlieue évoluant dans la transformation des produits agricoles sont en session de capacitation de 5 jours, depuis hier lundi 11 avril 2022, sur initiative de la Chambre de commerce d’industrie et d’agriculture de Dakar.

Réputées très dégourdies en entreprenariat, notamment dans le secteur de la transformation des produits agricoles, l’accès des femmes aux marchés publics est une chose quasi irréalisable pour elles. Un mal être remédiable si elles venaient à être capacités dans les domaines de la formalisation des entreprises ; de la tenue de la comptabilité élémentaire ; des rouages de la demande de financement ; de l’accès aux marchés publics ; de l’emballage, du conditionnement et l’étiquetage. Confortant ce mal être des femmes dans l’entreprenariat, Papa Ibrahima Diagne, vice-président de la chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad) et non moins président de la section agricole dira qu’aujourd’hui moins de « 1% des femmes ont accès aux marchés publics ». Il l’a affirmé hier lundi, dans son discours d’ouverture d’une session de formation de cinq jours à l’attention des Groupements d’intérêt économique (Gie) des femmes de Dakar.

Dans ce contexte incertain, « il revient à la Cciad en tant que ‘’Maison de l’Entreprise’’ et au Programme Sénégalais pour l’Entreprenariat des Jeunes (Psej), de travailler ensemble à contribuer au renforcement de la résilience des micro entreprises et des Pme car elles sont l’épine dorsale et le moteur de l’économie africaine ».

Elles représentent à elles seules plus de « 90 % des entreprises et emploient environ 60 % des travailleurs, dont une majorité de femmes et de jeunes », a-t-il soutenu.

Maïmouna Diagne, présidente fondatrice de la plate-forme africaine pour l’autonomisation des femmes dira : « Cette semaine de formation qui réunit une centaine de femmes sur les thématiques aussi intéressantes précitées, est salutaire pour ces opératrices ».

La présence massive de ces femmes en ce temps de ramadan, venues de Dakar et de sa banlieue prouve à suffisance, le besoin pressant de connaissance de ces femmes à s’outiller davantage pour plus de visibilité au niveau national, sous régional et continental notamment dans la Zone de libre-échange économique (Zlecaf).

Cheikh Moussa Kane, chef du département appui conseil aux entreprises fait savoir que ce séminaire de formation vise « à armer les femmes et à les aider à tisser un réseau d’affaire ».

J P MALOU

Leave a reply