Momar Ndao indexe le ministère des Finances sur la mise en œuvre chancelante de la loi sur le loyer

0
179

Selon le président de l’Ascosen, la loi de 2014 sur la baisse des loyers est pertinente et bonne à tout point de vue. Mais le problème, c’est sa mise en œuvre effective. Pour le président de l’Ascosen, une grande part de responsabilité dans cette affaire est à mettre sur le compte du ministère des Finances. Il estime que ses services ne sont pas impliqués alors qu’ils sont concernés au premier chef dans cette affaire, car étant les seuls à avoir les prérogatives de sanctions en cas de violation avérée.

Mais se désole-t-il, ils participent aux rencontres or ce sont eux qui reçoivent les procès-verbaux dressés par les agents de la direction du commerce intérieur ou les OPJ en cas de conflit. « Depuis 2014, aucun agent du ministère des Finances ne s’est prononcé sur les loyers, « ils font tous le mort » a dit Momar Ndao. Selon ce dernier, cela s’explique par le fait que beaucoup de bailleurs « sont dans ses zones », parlant des services du ministère des Finances. Momar Ndao a fait savoir que chaque année, ce sont plus de 8456 cas de conflits entre bailleurs et locataires qui sont enregistrés mais cela ne veut pas dire pour lui que la loi est mauvaise, c’est plutôt son application qui pose problème.

Ainsi, assure-t-il que « les textes sont bons comme l’a attesté le représentant de l’ordre des experts Cherif Thiam, ils ont été faits sur la base d’enquêtes réalisées par l’ANSD. La loi a été très bien faite, le problème c’est l’application ».

A l’en croire, les responsabilités peuvent être situées à trois niveaux. Il y a que le consommateur qui ne paye pas régulièrement le loyer ne peut pas demander l’application de la loi.  Ensuite, il cite les bailleurs qui sont pressés de rentabiliser les investissements dans ces délais extrêmes courts et enfin « l’Etat qui doit rétablir son autorité comme demandé par la commission ». C’est là tout le sens de la mise en place de cet observatoire qui présente l’avantage de permettre de disposer de données fiables  pour éclairer les décisions, selon le vice-président de l’Alliance pour la défense des locataires au Sénégal (ADLS), l’avocat Me Bassirou Sakho.

WORE NDOYE

Comments are closed.