Mondial-2022 : tout ce qu’il faut savoir avant le tirage au sort des groupes au Qatar

0
1148

On connaît 29 des 32 équipes qui disputeront la phase finale de la prochaine Coupe du monde au Qatar. L’Italie, championne d’Europe en titre et quadruple championne du monde, sera encore la grande absente. France 24 fait le bilan des éliminatoires et livre le mode d’emploi du tirage au sort des groupes, qui aura lieu vendredi, à Doha.

Sacrée championne du monde en 2018 en Russie, l’équipe de France remet sa couronne en jeu cette année. Pas cet été, comme le veut la tradition, mais au crépuscule de 2022. Ainsi en a-t-il été décidé pour ce mondial au Qatar, prévu du 21 novembre au 18 décembre.

Cette Coupe du monde sera la deuxième à se dérouler en Asie, après l’édition 2002 organisée par la Corée du Sud et le Japon. Un seul ancien champion du monde manquera à l’appel : l’Italie. Si les sept autres anciens vainqueurs (Angleterre, Allemagne, Argentine, Brésil, Espagne, France et Uruguay) n’ont connu aucune difficulté majeure, le ciel est tombé sur la Squadra Azzurra, quadruple championne du monde.

L’Italie reste encore une fois à la maison

La sortie de route de l’Italie est l’un des principaux enseignements des éliminatoires. Alors qu’elle avait son destin en main, la Nazionale a cédé la première place du groupe C à la Suisse lors de l’ultime journée.

Barragistes, les Italiens espéraient disputer une finale tendue face au Portugal. Mais ils n’ont même pas eu l’occasion de défier la bande à Cristiano Ronaldo, car en demi-finale des barrages, la Macédoine du Nord est venue scalper les champions d’Europe chez eux, à Palerme.

L’Italie ne disputera donc pas la Coupe du monde 2022. Un vrai séisme sur la planète foot – et c’est la deuxième fois d’affilée que cela arrive. En 2018, déjà, la Squadra Azzurra avait chuté en barrages, face à la Suède.

La Russie bannie à cause de la guerre

Pays organisateur et quart-de-finaliste en 2018, la Russie sera elle aussi absente. Elle devait affronter la Pologne en demi-finale des barrages, et éventuellement la Suède en finale. Mais l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe, le 24 février, a provoqué la disqualification de la Russie, ainsi qu’un chamboulement du calendrier des barrages.

En raison du conflit en cours, la demi-finale des barrages entre l’Écosse et l’Ukraine a été reportée au mois de juin. Le vainqueur affrontera dans la foulée, en finale, le pays de Galles. Il reste donc un 13e et dernier qualifié à déterminer dans la zone Europe : l’Écosse, l’Ukraine ou le pays de Galles.

L’Océanie de retour ?

En juin, en plus du verdict pour l’Europe, on connaîtra aussi le dénouement des deux autres derniers barrages. L’un d’eux opposera le Pérou au vainqueur du match entre l’Australie et les Émirats arabes unis. À noter cette particularité concernant les Australiens : en 2006, ils ont quitté la Confédération du football d’Océanie pour rejoindre la Confédération asiatique de football, dans le but de disposer de meilleures chances de disputer la Coupe du monde.

Ainsi, la Nouvelle-Zélande est l’unique représentant de la confédération océanique encore en lice. En barrages, les « All Whites » vont affronter le Costa Rica, avec l’espoir de se qualifier pour la troisième phase finale de Coupe du monde de leur histoire, après 1982 et 2010.

FRANCE24.COM

Leave a reply