Mort de 27 migrants dans la Manche: deux autres militaires français inculpés

0
437

(Rfi.fr)- Deux nouveaux militaires ont été inculpés ce jeudi 1er juin en France dans l’affaire de la mort de 27 migrants après le naufrage de leur embarcation dans la Manche fin 2021, a appris l’AFP de sources proches de l’enquête et judiciaire.

Avec ces nouvelles inculpations, sept militaires au total sont, à l’heure actuelle, inculpés dans le cadre de ce dossier instruit par la Juridiction nationale de lutte contre la criminalité organisée (Junalco) du tribunal judiciaire de Paris.

Les autorités françaises sont soupçonnées d’avoir été appelées à l’aide à une quinzaine de reprises et de ne pas avoir porté secours aux migrants la nuit du naufrage.

Selon la source proche de l’enquête, les deux militaires inculpés jeudi étaient à bord du patrouilleur de la marine française le « Flamant ». Ce bâtiment naviguait à « proximité relative » du canot où se trouvaient les migrants, a précisé la source judiciaire.

Dix passeurs présumés mis en examen

Dans cette affaire, dix passeurs présumés, majoritairement afghans, ont aussi déjà été mis en examen. Le canot avait coulé au petit matin du 24 novembre 2021, emportant 27 passagers, majoritairement des Kurdes irakiens, âgés de sept à 46 ans.

Personne ne leur était alors venu en aide. Ni côté français, ni côté britannique, chacun ayant passé la nuit à se renvoyer la balle, selon des documents de l’enquête consultés par l’AFP et révélés par le quotidien Le Monde en novembre 2022.

Dans une conversation téléphonique avec le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage Gris Nez (Cross), chargé des secours dans la Manche, dont l’AFP a eu connaissance, un migrant déclarait : « Au secours, s’il vous plaît (…), je suis dans l’eau ». « Oui, mais vous êtes dans les eaux anglaises Monsieur », lui avait répondu son interlocutrice. « Non, non, pas les eaux anglaises, les eaux françaises, s’il vous plaît, pouvez-vous venir vite », suppliait-il encore, avant que la conversation ne soit coupée.

Lors de précédentes auditions en tant que témoins dans cette enquête fin 2021, des agents du Cross avaient invoqué le manque de moyens, qui contraint « à prioriser ». Ce soir-là, ce centre a traité « des centaines, voire des milliers d’appels », avait raconté l’un d’eux.

Une enquête est également en cours outre-Manche. Quelque 46 000 demandeurs d’asile ont traversé la Manche en 2022, en majorité des Afghans, des Iraniens et des Albanais. Quelque 8 000 ont été secourus dans les eaux françaises.

Jeudi 1er juin, les forces de l’ordre françaises ont évacué un campement de 350 migrants à Calais, où les exilés continuent d’affluer dans l’espoir de rallier les côtes anglaises, a annoncé la préfecture. Selon le préfet, Jacques Billant, présent sur place, ce campement installé depuis plusieurs mois sur un terrain privé, constituait « le plus gros site de fixation des migrants à Calais ».

Leave a reply