Mort de François Mancabou : des organisations de droits de l’homme exigent une enquête impartiale

0
286

Des responsables d’organisation de défense des droits de l’homme rejettent la thèse d’une « mort accidentelle » mentionnée sur l’avis de décès de François Mancabou, présumé membre des «Forces spéciales », un groupe soupçonné de préparer un «complot contre l’autorité de l’Etat du Sénégal ». Réagissant hier, jeudi 14 juillet, quelques minutes après l’annonce de la mort de cet ancien militaire, reconverti dans la garde rapprochée, des activistes ont exigé l’ouverture d’une enquête impartiale et des « sanctions contre toutes les personnes impliquées dans les actes de torture » le cas échéant.

Décidément, la famille de feu François Mancabou n’est pas seule à douter de la « mention mort accidentelle » écrite dans son avis de décès, largement partagée dans les réseaux sociaux. En effet, quelques minutes après l’annonce de son décès hier, jeudi 14 juillet, à l’hôpital Principal de Dakar, plusieurs responsables d’organisations de défense des droits de l’homme sont montés au créneau pour exiger des autorités sénégalaises non seulement une «enquête impartiale» mais aussi « des sanctions contre toutes personnes impliquées dans les actes de torture » dont le défunt a été victime lors de son interrogatoire dans les locaux de la Police centrale de Dakar. Arrêté le 17 juin dernier chez lui  dans le cadre de la procédure d’enquête visant les membres présumés  des «Forces spéciales», un groupe soupçonné de préparer un complot contre l’autorité de l’Etat, François Mancabou aurait  succombé, selon sa femme et ses avocats, à des actes de tortures de la part des policiers qui voulaient l’obliger à signer le procès-verbal d’enquête pendant sa garde à vue.

Dans un message publié sur son compte tweeter, l’ancien Président de la Rencontre africaine des droits de l’homme, Alioune Tine, déclare que « les tortionnaires n’ont pas leur place dans la police nationale ». « La Constitution du Sénégal protège les citoyens contre la torture. Le Procureur doit ouvrir une enquête conformément aux engagements internationaux du Sénégal et juger tous ceux qui sont responsables de cette barbarie », insiste-t-il encore dans ce même message. Réagissant lui aussi sur cette mort de François Mancabou, le coordonnateur du Forum civil, section sénégalaise de Transparency internationale, Birahim Seck s’est indigné de la banalisation de la mort au Sénégal.

« Nous avons l’impression que dans ce pays, nous banalisons la mort. Il faut impérativement une enquête indépendante et une autopsie sérieuse pour déterminer les causes de la mort de Mancabou ». Pour sa part, Seydi Gassama de la section sénégalaise d’Amnesty international a prévenu que « si le dossier médical et l’autopsie qui ne doit en aucun cas être pratiquée par un médecin désigné par le seul parquet, révèlent qu’il a été torturé, les tortionnaires et l’État du Sénégal rendront des comptes ». Par ailleurs, Seydi Gassama n’a pas manqué de dénoncer les manœuvres des autorités qui, selon lui, ont empêché le médecin mandaté par sa famille d’avoir accès à Mancabou et à son dossier médical avant sa mort.

NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply