Mort de François Mancabou : la famille porte plainte contre Antoine Diome et Cie

0
147

Le 13 juillet prochain, cela fera un mois jour pour jour que François Mancabou a perdu la vie dans des circonstances « mystérieuses ». Un drame qui interroge les uns et les autres et encore plus sa famille qui depuis lors réclame l’ouverture d’une enquête sur les causes du décès de leur proche. Dans la quête de cet objectif, sa famille a décidé de passer à la vitesse supérieure.

Ce vendredi 5 août, dans les locaux de l’ONG Amnesty International, la famille de François Mancabou en compagnie du directeur des lieux, Seydi Gassama, de leur pool d’avocats a annoncé qu’une série de plaintes sera déposée dans plusieurs pays occidentaux. L’un des avocats qui constitue le pool d’avocats de la défense, Me Patrick Kabou, joint par visioconférence depuis Paris, renseigne que des plaintes ont déjà été introduites en collaboration avec plusieurs associations de défense de droits de l’homme (une vingtaine), aux Etats-Unis, en France et en Allemagne.

Pour la famille, le défunt aurait perdu la vie suite aux coups qu’il a  reçus de la part des hommes du commissaire Sangaré dans les geôles de son commissariat. En somme, ce décès serait la conséquence d’une séance de torture. Ainsi, en plus du commissaire Sangaré, la plainte vise aussi le directeur de la police, l’Observateur National des Lieux de Privation de Liberté, le directeur de l’hôpital principal et le ministre de l’intérieur.

« Nous ne sommes pas rassurés sur l’impartialité et l’indépendance du parquet dans la recherche de la vérité. Puisque le procureur de la République, à la suite de l’homicide  de François Mancabou, a cherché à écarter toutes responsabilités des membres des forces de défense et de sécurité. Il a en ce temps invoqué une vidéo de 13 minutes  mais nous lui avions adressé un courrier pour lui demander cette vidéo mais également une vidéo qui couvre toute la période de détention de François Mancabou dans les murs de la sûreté urbaine. On n’a eu aucune réponse jusqu’à l’heure où je vous parle », fustige Me Amadou Diallo.

SENEWEB

Leave a reply