Mort de Hank Skinner, depuis près de 30 ans dans le couloir de la mort au Texas

0
441

(rfi.fr)- Hank Skinner, condamné à mort il y a près de 30 ans pour un triple meurtre commis en 1993, est mort en prison ce 17 février où il n’avait jamais cessé de clamer son innocence.

Hank Skinner est mort de « causes naturelles », selon les déclarations de Robert Hurst, porte-parole pénitentiaire de cet Etat, cité par l’agence Associated Press. Selon ses avocats, Henry W. « Hank » Skinner est mort à la suite de complications liées à une intervention chirurgicale effectuée en décembre pour lui enlever une tumeur au cerveau.

Son cas connaissait une résonance particulière en France, car il était marié à Sandrine Ageorge-Skinner, une Française militant contre la peine capitale.

Cet Américain âgé de 60 ans avait échappé de peu à son exécution en 2011, sauvé in extremis par une décision de la Cour d’appel du Texas, État où il était incarcéré, autorisant des analyses ADN. Ces dernières n’avaient toutefois pas suffi à l’innocenter, et son exécution était prévue le 13 septembre 2023.

« Je ne vais pas finir ici »

Il avait été condamné à mort en 1995 pour le meurtre, le 31 décembre 1993, de sa compagne d’alors, Twila Busby, et des deux fils de celle-ci. Il n’avait pas nié avoir été dans la maison où les trois sont morts, mais assurait qu’il était inconscient après avoir absorbé de l’alcool et de la codéine.

Il avait obtenu des analyses ADN supplémentaires au terme de treize années de procédures, après avoir échappé de vingt minutes à son exécution. Un autre tribunal avait toutefois rejeté ces analyses, estimant qu’elles n’étaient « pas favorables au prisonnier ». Hank Skinner y voyait au contraire la preuve « irréfutable » de son innocence, selon des déclarations à l’AFP, faites en 2014.

L’an dernier, il déclarait depuis sa prison : « Je suis optimiste. Je ne vais pas finir ici et, pour commencer, je n’aurais jamais dû y être mis ».

Leave a reply