Moussa Balde, ministre de l’agriculture en tournée agricole a kaffrine «La souveraineté alimentaire est en passe de devenir une réalité»

0
472

Au deuxième jour de sa tournée agricole hier, jeudi 18 août, dans la région de Kaffrine après l’étape de Tambacounda et Kédougou le premier jour, le ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural, Moussa Baldé a laissé entendre que la souveraineté alimentaire tant souhaitée par le président de la République, Macky Sall est en passe de devenir une réalité.

A Malem Hodar, le ministre a inauguré une ferme familiale intégrée «Naatangué» de 5 hectares entièrement solarisés pour une irrigation à tout moment, avec de l’aviculture et qui emploie «20 personnes dont 13 femmes offrant des revenus décents dans le cadre du programme traditionnel de l’Agence nationale d’insertion et de développement agricole (Anida)», a-t-il dit.

Il annonce que ladite agence (Anida) va mettre en place «1000 nouvelles en 2023 dont 11 dans la région de Kaffrine et 16 supplémentaires avec  le projet Proval/cv».

 A Ndiognick, dans le département de Mbirkilane, dernière étape de sa visite, le ministre de l’agriculture et de l’équipement rural a salué pour citer ladite localité comme un modèle. A ce titre, il dira : «Le Sine Saloum n’est plus un bassin arachidier, mais un bassin agricole pour toutes les spéculations». Pour s’en convaincre, il dira : «On peut sauter d’un champ de riz à un champ de mil ». Et donc, « ça prouve que la souveraineté alimentaire du Sénégal peut devenir très rapidement une réalité avec la région de Kaffrine puisque partout, on peut alterner les spéculations. Et tous ces champs sont aussi beaux que les autres ».

Par ailleurs, il n’a pas manqué de saluer tous les producteurs des régions de Kaffrine ainsi que toute l’administration territoriale notamment le directeur régional de développement pour la mise en place optimale des intrants agricole à temps. El Hadji Babou Dieng, producteur dans le village de Ndiognick, de solliciter le ministre pour plus de machines de vannage devant faciliter le travail des producteurs, non sans signifier que « les producteurs ne peuvent attendre tout de l’Etat. Ils utilisent aussi les moyens du bord», a-t-il dit.

JEAN PIERRE MALOU

 

Leave a reply