Moustapha Diakhaté prône des mesures radicales, concernant le trafic de passeports diplomatiques

0
121

L’ancien président du Groupe parlementaire de la majorité Benno Bokk Yakaar (Bby) sous la douzième législature propose des mesures radicales dans le traitement des affaires relatives au «trafic de passeports diplomatiques», à la diffusion des vidéos de Simon et Kilifeu mais aussi de Bougazelli. Invité de l’émission Objection hier, dimanche 3 octobre, Moustapha Diakhaté a indiqué par ailleurs que les Brigades de Gendarmerie et les commissariats de Police ne doivent pas être des mouroirs pour les citoyens sénégalais, avant d’exiger dans la foulée que lumière soit faite dans la mort en détention de Cheikh Niasse.

Des mesures radicales et exemplaires dans le traitement des affaires de «trafic de passeport diplomatiques» impliquant deux députés de la majorité parlementaire et celles relatives à la circulation dans les réseaux sociaux et la presse en ligne des vidéos des activistes du mouvement Y’en a marre, Kilifeu et Simon Kouka, filmés par leur « ami » Thier à leur l’insu et celle de l’arrestation de l’ancien député du parti au pouvoir Seydina Fall dit Bougazelli pris en « flagrant délit de possession de faux billets de banque par des éléments de la Gendarmerie nationale ».

C’est ce que prône l’ancien député Moustapha Diakhaté. Interpellé hier, dimanche 3 octobre, lors de son passage à l’émission Objection de la Radio Sudfm (privée) sur ces affaires, le président du Groupe parlementaire de la majorité Benno bock yakaar (Bby) sous la douzième législature n’y est pas allé par quatre chemins. En effet, évoquant la nécessité d’un retour à l’orthodoxie dans le cas de l’affaire de «trafic de passeports diplomatiques» impliquant deux députés de la majorité parlementaire, l’ancien parlementaire propose tout bonnement la «suppression du privilège de bénéficier des passeports diplomatiques aux époux et épouses des députés ».

Cette mesure est selon lui, « la première à prendre en attendant l’issue de la procédure d’enquête en cours. » Et le président de la République et celui de l’Assemblée nationale  «ont intérêt à tout faire pour que cette affaire soit tirée au clair», a-t-il ajouté encore. En effet, explique le premier président du groupe parlementaire de la majorité sous l’ère du président Macky Sall, « depuis 1960, c’est pour la première fois qu’on a vu des députés incriminés dans un trafic de passeports diplomatiques ».

Poursuivant son propos, il a ainsi indiqué que cette affaire de trafic de passeports qui éclabousse l’Assemblée nationale est un «affront, un outrage à la République et à l’institution parlementaire ». «C’est une indignité absolue, ça fait mal et ça risque de faire encore très mal au peuple sénégalais et la conception que les Sénégalais ont de la représentation nationale quand bien même que c’est deux députés qui ont fauté et non les 165 parce que c’est une honte et ça risque d’être une balafre sur le visage de la démocratie sénégalaise », a-t-il encore martelé.

«Le passeport diplomatique est un droit pour le député mais pas pour son conjoint ou conjointe. C’est au fil du temps que le gouvernement a permis au conjoint ou conjointe (s) du député de disposer de ce document. Quand on est arrivé (à l’Assemblée nationale) en 2012, la loi permettait seulement à une seule épouse d’un député de disposer de ce passeport mais partant du principe qu’au Sénégal avec la polygamie, un député peut avoir jusqu’à quatre femmes, une demande a été formulée en plénière à l’ancien ministre des Affaires étrangères, Mankeur Ndiaye, de permettre aux autres épouses du député de disposer de ce document pour le respect du principe d’égalité des femmes du député. Malheureusement, cette situation a été malhonnêtement exploitée par des députés », à rappeler Moustapha Diakhaté.

Nando Cabral GOMIS

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :