Moustapha niasse, homme d’Etat et président 2012-2022 de l’assemblée nationale : témoignages parlementaires

0
308

Le président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse, a fait ses adieux avant-hier, jeudi 30 juin, à l’occasion de la séance de clôture de la session ordinaire 2021-2022, après 10 ans à la tête de l’institution. Ses collègues députés, du pouvoir comme de l’opposition, ont fait des témoignages marquants sur le leader de l’Alliance des Forces de Progrès (AFP), en l’occurrence Serigne Moustapha Sy Djamil, Théodore Monteil et Pape Sagna Mbaye. Cette séance plénière a aussi marqué la fin du mandat de cinq ans des parlementaires de la treizième législature.

Moustapha Niasse a déserté l’hémicycle. Il a quitté son poste de président de l’Assemblée nationale avant-hier, jeudi 30 juin, l’occasion de la séance de clôture de la session ordinaire 2021-2022. Il aura ainsi passé dix bonnes années à la tête de l’institution. Ses collègues députés, du pouvoir et de l’opposition, ont fait des témoignages assez significatifs sur le leader de l’Alliance des Forces de Progrès (AFP)/il s’agit notamment de Serigne Moustapha Sy Djamil, Théodore Monteil et Pape Sagna Mbaye. Cette séance plénière a aussi sonné la fin du mandat de cinq ans des parlementaires de la treizième législature.

« J’ai énormément de respect pour le président Moustapha Niasse. La première fois que je suis entré dans cet hémicycle, je suis allé le saluer. Nous avons des liens qui vont au-delà de l’Assemblée nationale. C’est un bon Saloum-Saloum, comme moi. Il connaissait bien mes parents, donc c’est un père pour moi », a déclaré l’honorable député Théodore Monteil, par ailleurs directeur de campagne de la coalition de l’opposition Aar Sénégal. « C’est quelqu’un avec qui j’ai beaucoup appris. Il m’a permis à mon entrée à l’Assemblée nationale, de comprendre le fonctionnement, de savoir comment faire. C’est le premier à me dire que l’Assemblée nationale est le microcosme du Sénégal. Vous y trouverez des gens qui insultent, des gens polis, des gens impolis, des gens corrects et des gens incorrects. Nous devons faire en sorte qu’à notre sortie, nous aurions fait un pas de plus pour le Sénégal. Il a très bien géré ces deux législatures», a-t-il ajouté. De son côté, Moustapha Sy Djamil, député de l’opposition, se dit satisfait d’un homme qui a bien mérité sa place, malgré leurs divergences idéologiques. « Je salue son travail. Tout le monde sait que je n’ai pas les mêmes positions politiques que lui. Mais, je l’ai dit à plusieurs reprises, je n’étais pas dans le même camp politique que Niasse, à part la période où j’étais à Benno Bokk Yakaar comme lui. Nous faisons partie des membres fondateurs de Benno. J’ai trouvé qu’en tant que président de l’Assemblée nationale, c’est l’homme qu’il fallait à la place qu’il fallait. Il a été pendant longtemps directeur de cabinet du président Senghor, ministre des Affaires étrangères pendant plus de 15 ans. Donc, il avait accumulé une connaissance, dont j’avais besoin en tant que quelqu’un qui avait fait 40 ans à l’extérieur », a souligné le marabout-parlementaire. Dans la même veine, il a salué l’expérience qu’il a pu accumuler grâce à Moustapha Niasse. « Il a tenu la barque à tous les moments que j’ai vécus vec lui, surtout à ma qualité de vice-président de l’Assemblée nationale, dans le bureau de l’hémicycle, avec feu Marie Joséphine Diallo à ses côtés. C’était une expérience inouïe », a-t-il reconnu, tout en magnifiant l’érudition de Monsieur Niasse. Cependant, ces deux députés de l’opposition ne sont pas les seuls à témoigner leur gratitude à leur désormais ex-président de l’Assemblée.

Président de la Commission du Développement durable et de la transition écologique de l’hémicycle, Pape Sagna Mbaye a estimé que juger Moustapha Niasse par rapport à cette seule législature, revient à « passer complétement à côté ». Selon lui, « l’Assemblée nationale n’a été que le couronnement de sa carrière, une carrière qui a commencé le 19 octobre 1957. Dans quelques mois, il va boucler 65 ans de vie politique. À 19 ans, il a eu la chance d’être à la droite de Senghor, mais aussi président des étudiants et des élèves socialistes du Sénégal. Après avoir fini ses études à l’âge de 24 ans, il sort de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA). De 24 ans à 26 ans, il occupe le poste de directeur de l’information et de la presse. Trentenaire, il devient directeur de cabinet du président de la République Léopold Sédar Senghor. À 30 ans déjà, Moustapha Niasse s’imposait au triple galop par rapport à sa génération. Et Senghor a vu en lui, une pépite politique qu’il fallait exploiter. 10 ans de présence à l’Assemblée nationale, ce Monsieur, il l’a réussi cela parce qu’il a toujours été un homme raisonnable et raisonné ».

Et l’ex-maire de Pikine d’ajouter : « il faut avoir la chance de le côtoyer pour pouvoir le juger, et non pas le voir comme ça pour avoir une impression d’ensemble. C’est un gisement de valeur et de connaissance livresque et une culture générale hors pair. Je vous renvoie au mémoire du président Abdou Diouf, qui le présente comme un collaborateur intelligent et très cultivé. Il a été un politique actif en l’an 2000 pour la première alternance politique. En 2012, son ralliement à côté de Macky Sall a entraîné les autres, mais par courtoisie, il ne s’est pas approprié ces ralliements ». Interrogé sur le manque d’empathie prêté par certains, y compris des gens issus du lieu de naissance de son leader, le député membre de l’AFP et de la coalition présidentielle Benno Bokk Yakaar se fait formel : « L’ingratitude est le propre de l’homme. Si Keur Madiabel est connu, c’est parce qu’il en a porté le flambeau ».

LE SUSPENSE D’UN RETRAIT DE LA VIE POLITIQUE 

Faut-il signaler que Moustapha Niasse n’a pas été investi sur les listes de Benn Bokk Yakaar pour les législatives du 31 juillet 2022. Il ne figure ni sur la nationale dirigée par Aminata Touré ni sur la départementale de Nioro dirigée par Aly Mané. En outre, Moustapha Niasse avait annoncé, au mois de juin, son intention de quitter le poste de secrétaire général de sa propre formation politique durant le premier trimestre de 2022, à l’issue d’un congrès de son parti. Ce qui signera la fin de 22 ans de règne. Néanmoins, Moustapha Niasse a déclaré avant-hier, dans les colonnes du quotidien national « Le Soleil » qu’il « ne se retire pas de la politique ».

Pape Moussa CAMARA
(Stagiaire)

 

Leave a reply