Nébuleuse autour du contrat d’armement de 45 milliards de f CFA : l’assemblée «mise» en branle

0
598

Le député Abass Fall rejette les explications du gouvernement et demande l’ouverture d’une enquête parlementaire sur l’affaire du contrat d’armement de 45 milliards de francs Cfa signé par Abdou Karim Sall et Abdoulaye Daouda Diallo alors ministres de l’Environnement et des finances. Dans une lettre adressée hier, vendredi 28 octobre, au président de l’Assemblée nationale, le député membre de la coalition Yewwi Askan Wi a justifié sa demande par les réactions des journalistes d’investigation ainsi que la presse internationale qui considèrent selon lui que cet acte de vente constitue une vraie « nébuleuse plutôt que d’une nécessité sécuritaire ». La commission Énergie et des ressources minérales de l’Assemblée nationale dont il est le président l’a suivi dans sa requête d’enquête parlementaire.

Le débat ayant trait à l’affaire du contrat d’armement portant sur un montant de 45 milliards de francs Cfa signé par les Ministres de l’Environnement et des Finances d’alors en l’occurrence Abdou Karim Sall et Abdoulaye Daouda Diallo prend une autre tournure. Vingt-quatre après la sortie officielle du gouvernement apportant à travers son porte parole des éclairages sur la « conformité de la procédure de signature du contrat d’armement aux règles édictées dans la passation de marché de ce genre ». Le député Abass Fall, relayé par suite par la Commission Energie et ressources minérales, a saisi hier, vendredi 28 octobre, le président de l’Assemblée nationale pour de- mander l’ouverture d’une enquête parlementaire pour éclairer les Sénégalais sur cette affaire. Dans sa lettre largement partagée sur les réseaux sociaux, le député membre de la coalition Yewwi askan wi a estimé au sujet de ce contrat, que les journalistes d’investigation ainsi que la presse internationale considèrent que cet acte de vente constitue une vraie « nébuleuse plutôt que d’une nécessité sécuritaire » pour justifier sa demande d’une enquête parlementaire. « Ce contrat signé avec un homme d’affaires nigérian douteux du nom de Aboubakar Hima dit Petit Boubé constitue une nébuleuse qu’il faudra clarifier pour que les Sénégalais soient édifiés sur cette affaire qui défraie la chronique depuis quelques jours », a relevé le député Abass Fall par ailleurs, président de la commission Énergie et des ressources minérales de l’Assemblée nationale qui ajoute. « Dès lors, il est légitime de s’interroger sur les raisons qui ont poussé à la conclusion d’un tel contrat et d’éventuelles responsabilités présumées des ministres concernés dans l’attribution de ce marché à la Société LAVIE COMMERCIAL BROKERS. Ce contrat a-t-il constitué « une nébuleuse » pour couvrir d’éventuels actes de corruption ? ».

« Sur la base de quels critères la Société LAVIE COMMERCIAL BROKERS a-t-elle été choisie ? Toutes ces interrogations, non exhaustives et à l’étude, mettent en balance d’importants intérêts de la Nation, qu’ils soient d’ordre sécuritaire, économique, financier, diplomatique et même géopolitique » poursuit encore l’honorable député Abass Fall dans cette lettre adressée au président de l’Assemblée. Il faut rappeler que le député Abass Fall n’est pas le premier à demander la lumière sur cette affaire de contrat. Dans une déclaration rendue publique après l’éclatement de cette affaire, Birahime Seck, coordonnateur du Forum civil, et ses camarades a aussi demandé au nouveau gouvernement du Premier ministre Amadou Ba à réagir pour « éclairer les Sénégalais sur la teneur du contrat incriminé ». Loin de s’en tenir, le coordonnateur du Forum civil avait également invité le Procureur de la République à « s’autosaisir de cette affaire qui pourrait affecter gravement l’image du pays, sur en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux de financement du terrorisme ».

NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply