Nioro- « Magal » de Porokhane : l’ANASER se déploie pour le contrôle des mesures sur le transport

0
1287

L’Etat du Sénégal s’est fixé comme objectif de réduire de 50% les accidents de route qui font au moins plus de 600 morts chaque année et des plusieurs milliers de blessés. L’Agence nationale de sécurité routière (Anaser), créée récemment, s’emploie à traduire en acte cette volonté étatique. Ce qui explique son déploiement sur les routes de Porokhane, depuis quelques jours, pour les besoin de la célébration de l’édition 2023 du Magal de Mame Diarra Bousso, mère de Serigne Touba Khadimou Rassoul, célébré hier, jeudi 2 février.

Pour les besoins du Magal de Porokhane (localité située à environ 6 à 7 km à l’Ouest de Nioro), l’Agence nationale de sécurité routière (Anaser), en rapport avec ses partenaires administratifs et les acteurs du secteur du transport local, s’est déployé, durant les journées du mardi 31 janvier et mercredi 1er février 2023, sur les points stratégiques et sites à grande agglomérations du tronçon Kaolack/Porokhane. Les routes des grands événements religieux étant souvent meurtrières, avec de nombreux accidents recensés à cause de la forte affluence de fidèles en un temps record, l’Anaser a pris les devants pour cette édition du Magal de Mame Diarra Bousso, mère du fondateur du Mouridisme, Serigne Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké Khadimou Rassoul.  Au-delà de la sensibilisation effectuée partout en faveur du respect des mesures de sécurité routière scandées par les agents de l’Anaser, à l’aide de sonorisation installée en hauteur sur la voie, cette forte mobilisation a surtout été convoquée pour contrôler de manière stricte le respect des 22 mesures précédemment prises sur le transport public, les accidents de la route et la sécurité routière.

Pour le secrétaire général de l’Anaser, Babacar Diop, « les dispositions prises par l’État pour la sécurité sur les routes commencent à faire leurs effets. En tout cas, pour ce qui est de ce premier pèlerinage dans la cité religieuse de Porokhane. La plupart des véhicules de transport public se conforment aux décisions de l’État. Et ce, par rapport à la limitation des vitesses, le port de la ceinture de sécurité, à l’abandon du téléphone portable au volant et les autres dispositions édictées par la loi. Les rares véhicules qui ont tenté d’échapper à la loi se sont frottés aux Forces de sécurité et sont contraints de se soumettre aux sanctions prévues. Sur le terrain, ces contrôles de routine se poursuivront durant tout le « Magal », même dans la nuit où la plupart des voyageurs comptent circuler du fait de la fraîcheur et le rabaissement des températures ».

Abdoulaye FALL

Leave a reply