Nioro – ziarra annuelle du village de « Darou Rahmane » : la paix sociale et la stabilité du pays au menu des prières

0
329

La ziarra annuelle du village de Darou Rahmane, situé en plein cœur du carrefour entre la commune de Médina Sabakh et la transgambienne, a connu cette année une affluence particulière. Plusieurs centaines de fidèles, venus des 14 régions du Sénégal et de certains pays de la sous-région, ont convergé, durant toute la semaine passée, vers cette cité religieuse qui a refusé du monde. Une occasion pour le guide religieux de la localité, Thierno Ismaïla Dème, de formuler des prières pour la paix, la stabilité politique du pays et la cohésion sociale entre acteurs de toutes les sensibilités communautaires. Ces mêmes prières ont aussi été prononcées en faveur des pays voisins dont certains sont secouées ces dernières années soit par des conflits liés à la démocratisation ou la percée fulgurante du terrorisme qui, sans doute, est l’une des causes hardies de décès des milliers et des milliers d’individus parmi nos voisins de l’Ouest Africain.

Pour inciter le Tout Puissant à exhausser toutes ces prières et propositions divines, plusieurs séances de récitals du Saint-Coran ont été faites des heures ayant précédé la journée de prières et la cérémonie officielle. Le guide religieux de Darou Rahmane, après avoir salué la décision du président de la République, Bassirou Diomaye Diakhar Faye, de poursuivre le projet de modernisation des foyers religieux du pays, lors de son dernier déplacement à Oussouye (Casamance), a ainsi ordonné aux citoyens du pays à continuer à soutenir et mieux contribuer à ce genre de rencontre de prières et recueillements qui sont les seules issues pour le croyant de prospérer et vivre en harmonie dans une société de paix et tranquillité.

Le chef religieux Thierno Ismaïla Dème, dans cette optique, invite l’État à prêter une attention particulière aux cités religieuses de Darou Rahmane et Kohel. Car, pour lui, la finition de la mosquée de Darou Rahmane et Kohel, la réhabilitation de la bretelle ralliant Kohel à la transgambienne et le renforcement des réseaux hydraulique et électrique constituent, depuis plusieurs années, l’essentiel des doléances, la demande sociale, afin de mieux contribuer au renforcement de la spiritualité, et l’Islam de manière générale, dans cette partie frontalière avec la Gambie.

Abdoulaye FALL

Leave a reply