«Non à la «mercantilisation» de l’eau qui est un bien de l’humanité et non une marchandise», le Forum social sénégalais

0
749

A l’approche du 9ème Forum mondial de l’eau, “Dakar 2022”, qui aura lieu dans la capitale du Sénégal, du 21 au 26 mars 2022, une rencontre a été organisée par le Forum social sénégalais, avec pour but principal de mettre en exergue les problématiques  liées à l’eau qui ne doit pas être «mercantilisée» parce que n’étant pas une marchandise. Le thème retenu pour le Forum prévu pour mars 2022 portera sur «La sécurité de l’eau pour la paix et le développement».

En prélude au Forum mondial de l’eau, le 9ème du genre, prévu au Sénégal en mars 2022, s’est tenue hier, jeudi 6 janvier 2022 à Dakar une rencontre dans le cadre du Forum alternatif mondial de l’eau au Centre Amadou Malick Gaye, ex-Bopp. Une rencontre de la société civile sénégalaise en perspective de «Dakar 2022» dont le thème portera sur «La sécurité de l’eau pour la paix et le développement» et  qui aura pour but  de rapprocher les experts de l’eau, les professionnels décisionnaires et les acteurs. Il s’agit de promouvoir le postulat que «l’eau est un bien de l’humanité et non une marchandise». 

Face aux enjeux liés à l’eau, la tenue d’un tel forum  trouve toute sa pertinence. L’un des objectifs à long terme de ce forum est de faire du droit à l’eau un droit inscrit dans la Constitution. Alors que nous assistons à l’émergence de mouvements anticapitalistes qui luttent contre la «mercantilisation» de l’eau, ces mouvements constitués des Forums sociaux sénégalais et africain sont regroupés autour du Forum alternatif mondial de l’eau (FAME).

Pour Mamadou Mignane Diouf, Coordinateur du Forum social sénégalais «la situation en Afrique Subsaharienne est très préoccupante. Dans cette zone, seulement vingt-sept pour cent (27%) de la population a accès à une eau de qualité, et ce pourcentage est de dix-huit pourcent (18%) pour ceux ayant accès à l’assainissement».

Il estime également que si cette situation persiste, «la moitié de la population mondiale, d’ici 2050, sera confrontée à des pénuries d’eau au moins 1 fois par an». Des défis à relever qui, selon toujours M. Diouf, sont notamment relatifs à «l’accès à l’eau, à l’équipement des villes en toilettes accessibles, à une eau courante dans tous les foyers». M. Diouf de déplorer que «ce sont  2,6 millions de personnes qui meurent chaque année à la suite de maladies liées à l’eau et à l’assainissementVoilà la raison d’être du forum alternatif de l’eau», rajoute-t-il.

Et comme si cela ne suffisait pas, «la pandémie de Covid-19 a montré, à suffisance, l’importance de l’eau dans la vie des populations en période de crises sanitaire. Cela démontre encore une fois que les défis pour le Sénégal, comme pour beaucoup de pays africains, restent encore liés à un accès équitable et moins pénible à l’eau.»

Dans une ligne contestataire, le Forum social sénégalais pointe du doigt le groupe Suez qui, selon lui, gère mal le secteur de l’eau et qu’il juge «responsable de tous les problèmes rencontrés par les populations notamment la hausse fulgurante des factures pour une eau dont la qualité laisse à désirer». Toujours dans ses propos, M. Diouf soutient : «si l’on est d’accord sur le principe que l’eau est un bien, ce bien ne doit pas être vendu, il ne doit pas avoir de prix ; mais le coût qui accompagne le bien doit être supporté par l’Etat».

En cette période pré-électorale, pour les élections locales et territoriales du 23 janvier prochain, le coordinateur du Forum social sénégalais en a profité pour interpeller les acteurs politiques sur la question. «Nous sommes en pleine campagne électorale pour les locales (la question de l’eau) ces questions doivent être prises en compte dans les promesses électorales. La presse doit interpeller les maires, les coalitions, les candidats sur ce qu’ils vont faire pour rendre nos communes et nos villes plus attrayantes et faire que les populations soient à l’abri  de toutes contraintes liées aux besoins personnels» en eau et assainissement.

L’accès à une eau de qualité est la préoccupation première du Forum alternatif mondial. A l’heure où les enjeux liés à l’eau occupent une place de premier rang dans le monde.

Adjaratou Marieme Diaw MBAYE (Stagiaire)

Comments are closed.