Non application de la loi anti-tabac : la LISTAB interpelle les autorités

0
286

La Ligue Sénégalaise contre le Tabac tire la sonnette d’alarme sur la situation de non application de la loi anti-tabac votée depuis le 14 mars 2024. A ce point précis, la LISTAB attire l’attention du Président Bassirou Diomaye Diakhar Faye, du Premier Ministre Ousmane Sonko, et du Nouveau Ministre de la Santé Monsieur Ibrahim SY, sur ce phénomène. D’après Amadou Moustapha Gaye et Cie si des mesures immédiates ne sont pas prises, nos populations subiront l’aggravation de maladies liées au tabac.

« La situation de la lutte contre le tabac au Sénégal mérite un traitement urgent et direct du Chef de l’État, et nous profitons de cette tribune pour solliciter publiquement l’intervention du Président Bassirou Diomaye Diakhar Faye », interpelle à travers un communiqué Amadou Moustapha Gaye, président de la Ligue Sénégalaise contre le Tabac (LISTAB).

De l’avis du président la Ligue Sénégalaise contre le Tabac, « Le nouveau ministre de la Santé doit convoquer les vrais acteurs représentatifs et légaux afin de faire l’état des lieux réels de la lutte contre le tabac au Sénégal, et ne pas se fier à ceux qui s’agitent dans un activisme suspect, et qui ne sont en réalité que des affairistes, des rentiers, des capteurs de financements à la recherche de prébendes tout simplement. »

M. Gaye a regretté le fait que « la lutte contre le tabac au Sénégal est en train d’échouer, car loi antitabac du Sénégal est partout en souffrance, elle n’est en réalité appliquée ou respectée nulle part, et ça tout le monde le constate, et ça tout le monde le sait », souligne le communiqué.

Concernant par ailleurs, au coût global annuel du tabac, le président de la LISTAB, s’appuyant sans doute sur l’étude menée par l’Institut panafricain pour la citoyenneté, les consommateurs et le développement (CICODEV), rappelle qu’ « Au Sénégal, le coût annuel du tabagisme est estimé à près de 122 milliards de FCFA, dont 74 milliards rien que pour les dépenses de soins de santé liés au tabagisme (coûts directs). »

Aussi, ajoutera-t-il, « Au Sénégal le tabagisme chez les adultes c’est un demi-million de sénégalais fumeurs soit 0,6% de la population adulte, et un pourcentage de 11% chez les garçons et 6% chez les filles, avec à la clé de nouveaux produits du tabac dits émergents comme la chicha, les cigarettes électroniques sont très présents sur le marché très addictifs, potentiellement dangereux, et très prisés par les jeunes », alerte-t-on dans le document.

C’est fort de ce constat alarmant lance la LISTAB, « Nous tirons donc la sonnette d’alarme encore une fois pour alerter sur les risques que la présence du tabac fait peser sur nos pays , nos économies, nos populations dont les franges les plus ciblées sont les femmes , les jeunes et surtout les enfants qui sont particulièrement fragiles et sensibles aux produits du tabac. »

D’après Amadou Moustapha Gaye et Cie, « Si des mesures immédiates ne sont pas prises, nos populations subiront l’aggravation de maladies liées au tabac comme la tuberculose, et certaines maladies non transmissibles (MNT) (comme le cancer, les maladies cardiovasculaires, respiratoires et le diabète) », alerte-on.

Ousmane GOUDIABY

Leave a reply