Non soutien de la motion de censure du gouvernement : Birame Soulèye Diop « clashe» Wallu

0
355

Lors de cette rencontre avec des journalistes, le président du groupe parlementaire Yewwi askan wi est également revenu sur la motion de censure déposée son groupe et rejetée par l’Assemblée nationale lors de sa plénière du 15 décembre dernier. Et c’est pour se démarquer des raisons évoquées par son collègue président du groupe parlementaire « Liberté-Démocratie et changement », Mamadou Lamine Thiam.

« Nous avons été convoqués le lundi 12 décembre pour la Déclaration de politique générale. Le dimanche 11, à 23 h 30, il a été tenu une réunion durant laquelle on devait statuer sur un certain nombre de sujets et quand la motion de censure a été synthétisée, à 23 h 34, j’ai appelé le président Lamine Thiam, sans succès. Le lundi, jour de la Déclaration de politique générale, à 8 h, je l’ai encore appelé encore une fois sans succès », raconte Birame Souleye Diop. Avant d’ajouter : « À 9 h 04 mn, il m’a lui-même rappelé me disant qu’il était dans les embouteillages. Lorsqu’il est arrivé à 9 h 45, je l’ai rejoint à son bureau pour lui présenter la situation. Il m’a fait savoir que son groupe avait tenu une réunion, mais que la motion de censure n’avait pas été évoquée. Aussi, il m’a expliqué que pour tenir une autre réunion, il fallait qu’il prenne les avis des hauts d’en haut. Je lui ai rétorqué que nous restions à l’écoute ».

Poursuivant son explication, le président du Groupe parlementaire Yeww Askan wi souligne avoir même sollicité des conseils de Mamadou Lamine Thiam du fait de son expérience parlementaire sur le « meilleur moment de dépôt de la motion » et ce dernier l’aurait orienté vers le député Mamadou Lamine Diallo contacté par son collègue Abass Fall. « Une réunion a même été tenue entre Mamadou Lamine Thiam, Mamadou Lamine Diallo et moi le mardi à 10 h. Le même jour à 18 h, une copie de la motion a été envoyée au président du groupe Wallu. Nous avons patienté jusqu’à 20 h avant de déposer la motion de censure », renseigne encore Birame Souleye Diop qui prône des rapports basés sur la vérité entre les deux groupes de l’opposition, nonobstant le fait qu’ils «ne sont pas tenus d’être d’accord sur tous les sujets ».

NANDO CABRAL GOMIS

 

Leave a reply