« Notre pays a bien amorcé la relance économique », Amadou Hott, ministre de l’Economie, du Plan et de la coopération

0
800

La pandémie de la covid-19 a fortement impacté les économies mondiales singulièrement africaines. De celles-ci, le Sénégal a bien amorcé sa relance économique ce, grâce « au Plan d’actions prioritaires ajusté et accéléré (Pap2a) qui permet de poursuivre les investissements structurants et de projeter un taux de croissance de 5% en 2021 et 5,5% en 2022 », a fait savoir le ministre de l’Economie, du Plan et de la coopération, Amadou Hott dans son discours d’ouverture officielle du Forum des hommes d’affaires de la Tunisie et du Sénégal, organisé sous l’égide de la CNES et de CONECT.

Cette dynamique de croissance fortement soutenue par « le secteur privé mais également sous l’impulsion de la réforme du cadre juridique applicable aux partenariats publics-privé (Ppp) permet d’attirer plus d’investissements dans les infrastructures économiques et sociales », a expliqué le ministre Hott.

Ainsi, dira-il : « Je demeure convaincu du rôle que le secteur privé tunisien peut jouer dans la relance au Sénégal ». A cet égard dira M. Hott : « J’ose espérer qu’à court terme, notre pays pourra accueillir plus d’entreprises Tunisiennes pour une croissance forte et équilibrée de nos relations commerciale ».

A regarder de près, pas mal d’opportunités s’offrent de part et d’autre. Donc, il n’y a qu’à consolider et surtout à renforcer le dispositif existant pour relever ce défi. Confortant son propos, il dira : « La Tunisie exporte environ 35 000 000 d’euros au Sénégal contre 2 000 000 d’euros pour le Sénégal.

Et pour ce faire, « nous osons compter sur des organisations patronales comme la Confédération nationale des employeurs du Sénégal (Cnes) et sur d’autres entreprises, mais aussi sur les entreprises Tunisiennes installées au Sénégal et qui exporte vers la Tunisie ».

A cette mission de prospection multisectorielle à Dakar, ouverte du 7 au 11 décembre, le ministre dira qu’il tout à fait possible « de travailler à partir des produits importés de la Tunisie pour rééquilibrer la balance commerciale ». Et ce, « en offrant à l’économie Tunisienne des relais de croissance », a fait valoir le ministre Hott.

Il a, parallèlement rappeler qu’au Sénégal, « l’investissement est soutenu par une politique incitative et attrayante ».

Le président du Cnes, Adama Lam, dans son discours a magnifié le profil des entreprises présentes de part et d’autre qui pour lui semble, « nous semble traduire, la confirmation d’une volonté commune d’élever le niveau de la coopération entre nos deux pays ». Ce qui l’amènera à dire que le partenariat liant les deux organisations a été rendu possible par le fait qu’« elles se sont découverts une vision partagée et un ancrage dans une citoyenneté affirmée ».

La volonté de la Cnes du Sénégal a toujours été « d’instaurer des synergies positives » entre hommes d’affaires dans « le cadre d’un partenariat Sud-Sud renforcé », porteur de complémentarités parce qu’équilibré. «Nous avons la ferme conviction, ajoutera-t-il que nos deux organisations, en poursuivant les efforts dans la promotion des investissements productifs, s’inscrivent dans cette dynamique ». «Et, la coopération que nous avons décidé de bâtir entre  la Cnes et Conect se veut équilibrée et de qualité, mettant l’accent sur les opportunités de joint-ventures, d’investissement scroisés et de transferts d’expériences », a-t-il soutenu.

Dans la même orientation, l’ambassadeur Tunisien, à Dakar d’exhorter les deux secteurs privés à travailler en parfaite synergie pour tirer profit de l’énorme potentiel en termes de vitalité économique.

JEAN PIERRE MALOU

Comments are closed.