« Nous ne pouvons qu’avoir le niveau scientifique que nous méritons », Abdou Faty, Sg du Sels/Authentique sur la sortie du Khalife des Tidianes

0
227

Le secrétaire général du Syndicat des enseignants libres du Sénégal/Authentique partage les complaintes du Khalife général des Tidianes, Serigne Babacar Sy sur le système éducatif. Une sortie assez musclée sur le niveau général dans l’école, faite lors de la célébration du Maouloud.

Le Secrétaire général du Sels/Authentique Abdou Faty soutient que le Sénégal manque d’infrastructures, d’enseignants, de manuels. Ce qui résulte sur le niveau des élèves. C’est pourquoi, il a invité à la résorption des abris provisoires, au changement des curricula et à la motivation des enseignants. Dans une déclaration faite dans le cadre de la célébration du Maouloud 2021, le Khalife général des Tidianes, Serigne Babacar Sy  a fait savoir que le « niveau scientifique, culturel et académique est très bas et dégradé et cela est dû à un système éducatif corrompu dans toutes les étapes de ses programmes ».

 « Nous avons tous écouté la sortie du Khalife général sur le niveau scientifique. Maintenant, nous, nous ne pouvons qu’avoir le niveau scientifique que nous méritons. Quand dans des écoles qui peuvent faire de la sixième à la terminale, il n’y a pas de tube à essai, de microscope, comment voulez- vous que l’esprit scientifique soit développé ? Il n’y a pas de laboratoire. Les écoles sont en abris provisoires. Donc, on ne peut pas développer un esprit scientifique là-dessus.

Maintenant, là où on s’essaie de développer un esprit scientifique comme au lycée Mariama Ba, naturellement dans ces lycées-là, on a mis des conditions. Le lycée Mariama Ba, le Prytanée militaire, le lycée scientifique de Diourbel, on a mis les conditions et on constate des élèves qui ont un très bon niveau. Dans toutes les autres écoles, il y a des classes pléthoriques. Je viens du CEM de Keur Ndiaye Lo, de la sixième à la troisième, dans chaque classe, il y a plus de 80 élèves.

Avec ça, comment voulez-vous qu’on développe un esprit scientifique ? Comment voulez-vous que l’enseignant connaisse tous les élèves ? Comment voulez-vous que l’enseignant puisse identifier les difficultés de chaque élève et pouvoir faire une pédagogie différenciée en les aidant ?

C’est ça la difficulté. On n’a pas suffisamment d’infrastructures, d’enseignants, de manuels mais naturellement, le résultat ne peut être que médiocre. Pour changer la donne, du point de vue de l’environnement scolaire, il faudrait que les 6000 abris provisoires soient résorbés.

Il faudrait aussi faire de telle sorte que toutes les écoles aient l’électricité ou bien le solaire, qu’on puisse installer des salles informatiques, des laboratoires, qu’on travaille à avoir assez de tables bancs pour que naturellement, les élèves soient dans de bonnes conditions, que les enseignants soient suffisamment formés. Du point de vue pédagogique, il faut aller dans le changement des curricula.

Avec le monde qui bouge, il faudrait travailler à ce que l’instruction civique, l’éducation à la morale soient de rigueur dans les écoles, que les conseils de discipline soient réformés, qu’on puisse naturellement valoriser la discipline et l’ordre dans les écoles, qu’on puisse travailler à avoir un rapport particulier avec les réseaux sociaux parce que les enfants ne sont pas éduqués à affronter les réseaux sociaux, que les enseignants soient plus motivés.

Si les enseignants sont motivés, ils peuvent soulever les montagnes mais les enseignants-là, on ne règle pas leur situation, les lenteurs administratives sont là, l’Etat leur doit beaucoup d’argent, leurs statuts ne sont pas valorisés. Ils sont démotivés, démoralisés, découragés, combinés avec un environnement qui n’est pas bon, des curricula qui ne sont pas adaptés, malheureusement, on peut qu’avoir ça ».

MARIAME DJIGO

Comments are closed.