Nouvelle grille tarifaire de Senelec : la Crse approuve et apporte des explications

0
3325

L’opérateur historique Senelec a soumis une  décision d’approbation de la grille tarifaire  à la Commission de régulation du secteur de l’énergie (Crse) le 30 décembre 2022. La Crse qui a, de son côté, approuvé cette nouvelle grille tarifaire a fait face à la presse hier, lundi 9 janvier, pour apporter des éclaircissements à l’opinion nationale.

La Commission de régulation du secteur de l’énergie (Crse) a approuvé la nouvelle grille tarifaire applicable par Senelec. Ainsi, le président de la commission Ibrahima Amadou Sarr a fait face à la presse  hier, lundi 9 janvier, pour apporter des explications sur  les tenants et aboutissants de ces nouveaux tarifs de Senelec.   «Le gouvernement lors des indexations intervenues au cours de la période tarifaire 2020-2022 a régulièrement  demandé à la commission de maintenir les tarifs  en vigueur et a pris la décision de compenser l’intégralité  des manques à gagner de Senelec. Ainsi, les compensations de Senelec se sont établies  à 62 milliards 700 millions francs  en 2020, 153 milliards 700 millions en 2021 et 236 milliards 400 en 2022, soit un montant total de 454 milliards 700 millions  sur la période tarifaire 2020-2022 », explique-t-il.  Selon lui, pour l’année 2023,  le gouvernement a décidé de réduire pour environ 100 milliards le montant de la compensation  tarifaire à verser à Senelec. Ainsi, informe-t-il,  le ministre du Pétrole et des énergies a notifié à la  commission la décision du gouvernement  de procéder à un ajustement des tarifs  à compter du 1er janvier 2023 en préservant la première tranche des clients à usage domestique petite puissance  alimentés en basse tension . « Dans ce cadre, Senelec a soumis à la commission pour approbation un projet de grille tarifaire applicable à compter du 1er janvier 2023  ainsi qu’une note d’impact  sur les clients. La grille tarifaire consacre une hausse moyenne de 16,2% pour la basse tension, 19,45% pour la moyenne tension, 16, 91% pour la haute tension. La commission dans le cadre de l’approbation de la nouvelle grille  tarifaire, s’est assurée qu’avec l’ajustement des tarifs, les recettes de Senelec n’excèdent pas son  revenu maximum autorisé et permet également l’atteinte des objectifs de réduction de 100 milliards de la subvention décidée par le gouvernement », soutient-il.

LA NOUVELLE GRILLE TARIFAIRE PRESERVE 48%  DE LA CLIENTELE TOTALE DE SENELEC.

Selon M Sarr,  après examen, la commission note qu’en 2022 pour un revenu maximum autorisé aux conditions économiques du 1er octobre 2022 de 746 milliards 737 millions, les recettes de Senelec au titre des marges d’énergie électrique issues de l’application de la nouvelle grille s’établissent à 596,286 milliards. Pour l’année 2023, poursuit-il, pour un revenu maximum autorisé estimé à 871 milliards, les recettes de Senelec issues des ventes d’énergies électriques avec l’application de la nouvelle grille s’établissent à 696, 386 milliards. « Il ressort des résultats obtenus que dans tous les cas de figure, la nouvelles grille tarifaire soumise par Senelec  n’engendre pas un  niveau de recettes supérieures  à son revenu maximum autorisé en 2022 et en 2023. Il a été également relevé qu’avec les tarifs actuellement en vigueur pour les ventes estimées de 2023 de 5372 Giga watt par heure , les recettes de Senelec s’établissent  à 596 milliards 645 millions, soit une hausse de 99 milliards 741 millions  par rapport aux recettes de 696 milliards 386 millions issues de la nouvelle grille tarifaire », relève le président de la Crse. Ainsi, il précise que l’ajustement permet donc d’atteindre l’objectif de réduction de 100 milliards de la compensation  au titre de l’année 2023. Aussi, signale-t-il, la nouvelle grille tarifaire telle que soumise par Senelec préserve la première tranche des usagers domestiques petite puissance qui sont au nombre de 2 millions 159 mille 146  abonnés  et représente 48% de la clientèle totale de Senelec.

NDEYE AMINATA CISSE

Leave a reply