Offensive diplomatique et populaire pour un Etat palestinien indépendant et souverain portée par le Mouvement de Libération nationale «Fatah» en afrique

0
73

En tournée dans cinq pays africains, notamment l’Ethiopie, le Ghana, le Nigéria, la Gambie et le Sénégal, une délégation palestinienne du mouvement de libération nationale «FATAH» a terminé sa visite continentale au Sénégal. Elle n’a pas manqué de réitérer sa reconnaissance aux pays africains, en particulier le sénégal, pour son combat de toujours pour la cause palestinienne. En conférence de presse hier, jeudi 14 octobre, à la Maison de Presse, Babacar Touré, ses membres ont mis au clair le motif de leur tournée en terre africaine. Une belle occasion d’échange et de sensibilisation, selon Mme Kifah Harb, enseignante en Science politique dans les universités de Palestine.

«Ça prouve, une fois de plus, l’intérêt que portent les Sénégalais dans toutes leurs instances, notamment le peuple, l’Etat et toutes sortes de pouvoirs, exécutif, parlementaire mais aussi médiatique, à la cause de la Palestine.» Ainsi se réjouit Mme Kifah Harb, enseignante en Science politique, par ailleurs membre du Conseil révolutionnaire du Mouvement du Fatah. A travers «cette première tournée pour moi en Afrique, avec mon collègue et camarade Davis Uri, nous avons visité cinq (5) pays africains de l’Est à l’Ouest. Ces pays que j’ai oublié d’énumérer, c’est l’Ethiopie, le Ghana, le Nigéria, la Gambie et le Sénégal».

Et d’ajouter : «toutes nos visites programmées, que ça soit à l’échelle gouvernementale, avec le pouvoir exécutif à travers la Présidence ou le ministère des Affaires étrangères de ces pays, que ça soit à l’échelle législative parlementaire ou même être reçu par la société civile de ces pays, étaient pour nous une très belle occasion d’échange et de sensibilisation. Cette visite était motivée, à la base, par notre propre combat de la lutte pour la libération et l’indépendance de notre pays».

Selon cette élue du Conseil révolutionnaire du Mouvement du Fatah, «cette tournée de dix-huit (18) jours, s’inscrit évidemment dans cette offensive diplomatique et populaire palestinienne pour aller au-delà même de l’Afrique, aller dans toutes les tributs et vers tous les pays, afin de concrétiser le soutien de nos revendications les plus légitimes d’avoir un Etat indépendant et souverain. Et le règlement de la question des réfugiés palestiniens».

«ISRAËL, MEMBRE OBSERVATEUR A L’UNION AFRICAINE ?», LE CONSEIL EXECUTIF DE L’UNION AFRICAINE A ADDIS-ABEBA TRES SUIVI PAR LA PALESTINE

Kifah Harb et sa délégation se veulent clair : «en parlant d’un Etat palestinien, on ne peut pas oublier ou négliger le droit de retour des refugiés palestiniens, qui est le nœud principale de cette question palestinienne. Car un Etat, ça peut être le produit d’un compromis politique. Mais le droit de retour des refugiés palestiniens qui concernent à peu près deux tiers du peuple, ce n’est pas seulement un droit collectif, mais un droit individuel, qui touche chacune et chacun dans son inspiration de revenir dans sa ville et son village d’origine et de récupérer ses biens et d’être indemnisé», précise-t-elle.

Avant de relever que «quand on parle de la lutte du peuple palestinien, il va de soi que ce continent, l’Afrique, berceau de ce mouvement de décolonisation, de cette  résistance contre toutes sortes de répressions et injustices, soit notre partenaire le plus fiable et le plus naturel. Donc qu’on revienne en Afrique, on ne va pas vers des étrangers, mais on va vers des gens avec qui on partage ces mêmes valeurs avec cette même lutte».

D’ailleurs, souligne-t-elle, au moment où se tenait leur conférence de presse, à Dakar, se déroulait à Addis-Abeba, en Ethiopie, le Conseil exécutif de l’Union africaine (UA).

«Nous sommes en contact, depuis ce matin, avec nos représentants sur place et on nous a annoncé qu’aujourd’hui (hier), probablement demain matin (aujourd’hui), la question de l’adhésion d’Israël sera tranchée. C’est-à-dire, malgré la pression hostile de tout débat sur la légitimité de cette démarche, qui était contestée quand-même par au-delà de vingt-quatre (24), vingt-cinq (25) pays africains», qui ont voulu que ce débat soit reporté à un sommet africain, prévu début février prochain, au niveau des chefs d’Etat.

«Mais la première victoire procédurale, c’est que ce débat est inscrit sur l’agenda de ce conseil, malgré la tentative de certains de l’éliminer. Mais on a inscrit sur l’article 9 de l’agenda de ce conseil : Israël, membre observateur à l’UA, à un débat africain. Finalement ce débat aura lieu. Et pour nous, c’est très décisif», a-t-elle conclu.

OUSMANE GOUDIABY (STAGIAIRE)

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :