«On a complétement déprécié notre culture», Abdou Khadre Sanogo, sociologue

0
100

«Comme disait l’adage quand on cherche en vain son ennemi sans l’atteindre, on passe par ses proches. L’enfant est un prolongement de ses parents. La folie  humaine fait que pour exacerber le chagrin de quelqu’un, on peut passer par un innocent comme son enfant. Les gens savent mettre la main où cela fait mal hélas ! Mais derrière cet acte, il faut une évolution dangereuse des ressentis qui passe par l’envie, la jalousie, la méchanceté jusqu’à la haine qui est le point de non-retour».

«En effet, quand on déteste un individu, on est capable de le détruire lui et tout ce qui va avec notamment les personnes qu’il aime le plus».

«Dans les ménages polygames, les réalités ont changé. Elles sont beaucoup plus vues dans une approche de compétitivité, de combat. Ce que les gens appellent communément «défanté» alors qu’auparavant, s’était souvent un cadre de partage de vie commune qui permettait de pouvoir de créer des liens sanguins extrêmement puissants entre demi-frères. Maintenant, c’est souvent l’animosité, la sorcellerie, le charlatanisme pour dés fois, éliminer la coépouse et sa famille. Il y a une sorte d’escalade au niveau des ressentis ou on passe de la méchanceté à la haine alors que la haine mène à toutes sortes d’extrêmes. Le glissement qui a été opéré en termes de vécu de la réalité polygamique est extraordinaire. On ne cherche même plus à séparer, mais aussi d’éliminer la progéniture de l’espace familial ou de la vie sociale. Certains deviennent de véritables échecs qui inspirent la piété à première vue. Certains font maintenant de la polygamie un véritable stratagème pour pouvoir neutraliser non pas un adversaire, mais un ennemi».

«Les valeurs n’ont pas changé. Le problème vient des gens qui les portent. Il y a une véritable crise de personnage. En vérité, les individus eux-mêmes sont entrés dans un processus de déshumanisation. Même si les valeurs étaient extrêmement foisonnées au sein de notre société, le souci serait de trouver des personnes appropriées pour les porter. Malheureusement, avec les vicissitudes de la vie, le changement social, la modernisation, les réseaux sociaux font que nous sommes entrés très vite dans un processus d’acculturation qui a fini de nous éloigner de croyances sociaux-culturelles».

«Fondamentalement, on a complétement déprécié notre culture. C’est comme si nous étions dans une perte sociale, ce n’est pas que les valeurs sont crises, mais nous-mêmes sommes en train de nous perdre.  On a de maigres chances de nous conserver par rapport à l’homo-senégalenlis authentique. Au lieu de rêver du retour de l’ancien type de Sénégalais, on a théorisé le nouveau type compromettant les grands principes sur lesquels, il était assis. C’est fondamentalement aujourd’hui, le vrai débat qui se pose ; c’est de voir comment faire pour que dans cette société déréglée, nous puissions réussir le pari du redressement sociétal qui  doit reposer sur des agents de socialisation comme la famille qui est en déliquescence en crise».

Fatou NDIAYE

Leave a reply