« On rentre dans un cercle vicieux », Dr Fatou Sow Sarr sur les r »percussions au Sénégal du conflit Russo-Ukrainien

0
295

La directrice du Laboratoire Genre de l’institut fondamental d’Afrique noire (Ifan) prédit des lendemains difficiles pour le Sénégal à cause de l’invasion russe en Ukraine. Invitée du jour de l’émission Objection de la radio Sudfm (privée) hier, dimanche 27 février, Fatou Sow Sarr n’a pas écarté une flambée des cours de matières premières notamment le blé dont notre pays est dépendant.

La directrice du Laboratoire Genre de l’institut fondamental d’Afrique noire (Ifan) sonne l’alerte. Invitée du jour de l’émission Objection de la radio Sudfm (privée) hier, dimanche 27 février, Fatou Sow Sarr puisque c’est d’elle qu’il s’agit a déclaré que le Sénégal risque d’être enfoncé dans la zone de turbulence à cause de l’invasion russe en Ukraine. Et pour cause justifie-t-elle, « cette zone est productrice de blé. Et nous sommes dépendants de la farine et du blé. Bientôt, on va voir les boulangers demander la revue en hausse des prix du pain ». Poursuivant son propos, la chercheure à l’IFAN tout en déplorant le manque d’autonomie de notre pays sur le plan alimentaire, a indiqué que « l’inflation va continuer, les prix vont continuer à augmenter parce qu’avec la crise de l’Ukraine, les cours des matières premières vont augmenter. »

« On rentre dans un cercle vicieux où les populations, les enseignants, les agents de santé, d’une manière générale, les agents de l’administration vont entrer en ébullition, les populations ne se retrouveront pas parce qu’on est dépendant », insiste la directrice du Laboratoire Genre de l’institut fondamental d’Afrique noire en précisant que « toute la question qui se pose, c’est notre dépendance ». « J’ai travaillé avec le Togo en 2005. L’embargo, d’après les années 90, ne leur a rien fait parce que le paysan togolais avait son maïs qui n’était dépendant de l’extérieur. Peut-être que c’est ce qui explique la durée de ces pouvoirs », ajoute encore Mme Fatou Sow Sarr qui prévient par suite. « On n’a pas d’autosuffisance alimentaire et ça remet plus que jamais nos orientations économiques et politiques. Si nous ne réglons pas ce problème d’autonomie sur le plan alimentaire, on va être à la merci du système international ».

NANDO CABRAL GOMIS

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :