OPPORTUNITE !

0
170

Difficilement envisageable, le confinement total au Sénégal ! Pour cause, l’écrasante majorité de la population tire ses revenus du secteur informel. A des degrés divers bien sûr.

Difficilement envisageable, le confinement total au Sénégal ! Pour cause, l’écrasante majorité de la population tire ses revenus du secteur informel. A des degrés divers bien sûr. D’aucuns, mieux lotis, profitent des failles du système pour se faire leur beurre, en passant à travers les mailles du filet des impôts et taxes.

Les autres, la grande masse, sillonnent les grandes artères, proposant à qui mieux mieux de la pacotille et des produits improbables, à la recherche de quoi assurer la dépense quotidienne. Sinon, ils déambulent de bureau en bureau, dans l’espoir de récolter quelques petites pièces qui finiront par constituer un petit capital. Confiner une forte proportion de la population dont la vie dépend si grandement de sa mobilité et de sa débrouillardise risque alors tout simplement de vouloir la condamner à une mort programmée.

A moins que les pouvoirs publics ne mettent en place un système capable comme en Chine d’assumer de prendre en charge les besoins primaires de tous les nécessiteux. Pour sûr, découlant d’un exode rural massif et continu qui a peu à peu vidé les campagnes victimes des différentes politiques d’ajustement, cette prégnance de la grande débrouille rend compte de choix économiques qui ont tourné le dos au développement du secteur rural.

Les campagnes se sont ainsi vidées de leurs forces vives , faute de pouvoir répondre aux attentes de leurs habitants et de leur offrir des opportunités décentes. Aussi retrouve-t-on des hommes et des femmes, le ventre creux, se faire les champions de la chasse aux baptêmes, aux cérémonies de décès de grandes personnalités ou allant à l’assaut des grandes manifestations religieuses où ils peuvent espérer se nourrir grassement et gratuitement.

Et parfois, se livrer à des actes délictuels pouvant rapporter gros. Même dans les mosquées, on vous invite à surveiller vos poches. C’est dire ! Alors que tout cela raconte la pauvreté et la précarité dans lesquelles se débattent de larges couches de la société, on est en droit de s’étonner, à défaut de s’émerveiller, de certaines initiatives permettant d’amasser de l’argent, comme c’est présentement le cas avec le fonds de riposte dénommé « Force Covid 19» devant être doté de 1000 milliards de francs Cfa.

Tous les différents segments de la communauté nationale et étrangère vivant parmi nous rivalisent de générosité pour venir en aide dans la lutte contre le Covid 19. Des centaines de millions par ci, des milliards par là ! Puisse toute cette mobilisation faire rêver à l’après coronavirus et nous faire prendre conscience de la nécessité d’injecter dans nos espaces un supplément d’âme, en y insufflant de la solidarité et surtout la prise de conscience de l’importance qu’il y a à se focaliser sur les priorités nationales. Il est à souhaiter que le Coronavirus nous mobilise précisément dans une lutte contre la pauvreté, la corruption, le bradage du secteur public, en l’occurrence l’école, l’hôpital.

Même si, malgré tous les désagréments, un confinement total ne saurait être exclu, il demeure que la véritable guerre qui doit être menée avec en première ligne, le chef de l’Etat, se situe de ce côté-là. Il ne faut pas se leurrer, nombre de pays vont se recentrer sur eux-mêmes après que le Coronavirus aura fin de révéler leurs fragilités de colosses aux pieds d’argile.

 Aussi, nombreux parmi notre jeunesse en proie au désarroi qui cherchaient et cherchent encore à s’exoder et aller à la recherche de contrées plus accueillantes, seront confrontés au rétrécissement des perspectives exogènes d’avenir. Plus que jamais comme nous le montrent notre vaillant personnel médical qui se bat dans des conditions difficiles, il est temps de compter sur nos propres forces.

En définitive, comme dirait un entrepreneur local : « produire ce qu’on mange c’est du patriotisme. Manger ce qu’on produit c’est du civisme ». Ce qui oblige à s’inquiéter de la communauté, au bien être des uns et des autres. Et cela passe par un développement économique endogène.

CALAME  

 Publication Sud Quotidien du 31/03/2020

Comments are closed.