« Oubi Tey Jang Tey » démarre au diesel à Kédougou

0
252

Comme chaque année, lors de l’ouverture des classes, le gouverneur de la région de Kédougou en compagnie des autorités académiques et de la presse effectue sa traditionnelle tournée pour déceler les facteurs de blocage du slogan « oubi tey jang tey ». Ici, ces contraintes ont pour nom une quantité insuffisante en table-bancs, les travaux champêtres qui entrainent une présence des élèves, l’électrification ou encore un déficit en enseignants.

Tout en félicitant les autorités pour le mal qu’elles se sont donné afin de rendre la rentrée des classes effective mais « acceptable » dès ce jeudi, le gouverneur de la région de Kédougou M. Saer Ndao n’a pas manqué de déceler certains couacs qui ont conduit à un démarrage au forceps. Ainsi dira-t-il « les écoles sont ouvertes et le personnel est déjà disponible sur place à presque 100%, seulement dans quelques écoles, on a noté qu’il n’y a pas beaucoup d’élèves et c’est compréhensible car il y a des charges qu’il faut régler avant de venir ». En effet, Kédougou est une zone où l’agriculture occupe aux côtés de l’orpaillage l’une des principales sources de revenus des populations autochtones. Les familles parviennent à subvenir à leurs besoins grâce aux recettes issues de cette dernière, de même que les frais d’inscription et les fournitures scolaires.

Avant le CRD consacré à la rentrée scolaire prévue le lundi prochain, le gouverneur de Kédougou donne l’assurance que les mesures seront prises afin « d’électrifier les lycées surtout le plus grand lycée de la région Maciré Ba qui n’en a pas jusqu’à présent pour leur permettre d’utiliser le matériel scientifique mis à leur disposition mais aussi la réfection de la clôture dans certains établissements ainsi que l’achat de table-bancs en quantité suffisante ».

A sa suite, le nouvel Inspecteur d’académie de Kédougou Mamadou Niang, compte sur l’apport des acteurs éducatifs et surtout « des parents d’élèves pour un démarrage des enseignements-apprentissages dès le lundi prochain ». L’autre facteur de blocage des cours réside dans le déficit en enseignants. Environ, « plus de 300 enseignants ont quitté Kédougou vers leurs nouveaux postes. Autrement dit, pour l’élémentaire pour un départ de 89 enseignants contre 9 nouveaux venus et 45 départs contre 5 nouveaux venus pour le cycle moyen, compte non tenu du gap qui existait déjà ». Pour combler ce gap et permettre à toutes les classes de la région d’ouvrir leurs portes, l’Inspecteur d’Académie de Kédougou compte sur le « recrutement massif des 5000 enseignants en formation et les élèves-professeurs qui vont être affectés d’ici la fin de l’année ».

PAPA ALIOUNE DIENG

Leave a reply