Ousmane Sonko tance les leaders frustrés avant d’appeler à l’unité pour démettre Macky Sall

0
412

La sortie de certains leaders de la coalition Yewwi Askan Wi mécontents des investitures pour l’élection législative du 31 juillet prochain, a très certainement agacé le maire de Ziguinchor. Le moins que l’on puisse dire, Ousmane Sonko n’a pas du tout aimé les sorties au vitriols de certains de leurs camarades qui s’en ont ouvertement pris à Khalifa Sall et à lui.

En conférence de presse ce jour, mardi 17 mai 2022, dans la soirée, le leader de Pastef a tout d’abord tenu à rappeler aux uns et aux autres que le tolléesuscité par la forclusion de la liste de YAW à Dakar, au moment où d’autres listes entières ont été rejetées sans bruit, montre à suffisance les attentes que les populations ont placé sur eux.

Poursuivant sa diatribe contre ces derniers, il a invité tous à se rappeler des raisons de la mise en place de cette coalition. Pour lui, il faudrait que les gens puissent se dépasser pour mettre en avant l’objectif que s’est fixé YAW, à savoir de bouter hors du pouvoir ce régime actuel.

Revenant sur les circonstances difficiles de la confection des listes de YAW, Ousmane Sonko a rappelé à ces leaders frustrés qu’il leur avait été demandé d’aller sur les listes départementales, d’autant plus que c’est à ce niveau qu’il faudrait mener la bataille contre le pouvoir en place. Malheureusement, déplore-t-il, presque tous, à l’exception de 4 seulement, ont voulu se cacher derrières des positions confortables au niveau de la liste nationale. Ce qui était impossible vue le nombre de poste disponibles.

Par conséquent, ajoute-t-il, sur proposition de Habib Sy et après un tour de table, l’ensemble des leaders ont accepté de laisser à Khalifa Sall le soin de confectionner la liste. Ce qu’a fait l’ancien maire de Dakar, après consultation de certains d’entre les leaders, renseigne toujours Ousmane Sonko qui reconnait, par ailleurs « qu’il est évident qu’il ne peut pas y avoir une liste qui ferait plaisir à tous« , citant son cas en exemple.

Concernant l’introduction sur les listes de militants à la place de certains leaders de la coalition, le maire de Ziguinchor dira qu’il est normal que les partis politiques qui tirent la coalition soient servis pour encourager leurs militants. il en est de même pour les responsables ne disposant d’aucun appareil politique, mais présent à tous les combats de la coalition.

À ceux qui déplorent le retrait d’un leader dans le groupe WhatsApp de la coalition, Ousmane Sonko n’y va pas par quatre chemin. « Celui qui injure encore je le sors du groupe. C’est moi qui ai créé ce groupe, celui qui dit des choses qui ne sont pas convenables, je le fais sortir. Et j’assume », prévient-il. Cela, tout en informant que cette personnes retirée du groupe s’en prenait à Khalifa Sall.

Après sa diatribe contre les frustrés, Ousmane Sonko a appelé les gens à la raison.

« On n’a qu’a discuté entre nous pour voir comment aller de l’avant. Nous avons un projet et continuons à travailler pour l’atteinte de cet objectif », appelle-t-il au calme.

J M D 

Leave a reply