Partage et mutualisation des approches, expériences et pratiques : l’agro-écologie, en promotion à Dakar

0
710

Pour partager et mutualiser les approches, expériences et pratiques, l’organisation de la Coopération autrichienne pour le Développement, l’HORIZONT3000, organise une conférence thématique sur l’agro-écologie regroupant ses partenaires, mais aussi des experts de la sous-région, notamment du Togo et du Burkina Faso. Démarré hier, lundi 7 novembre, l’atelier se poursuit jusqu’au au 9 mercredi novembre 2022 à Dakar. 

HORIZONT3000 organise une conférence thématique sur l’agro-écologie pour partager et mutualiser les approches, expériences et pratiques. Cette organisation de la Coopération autrichienne pour le Développement regroupe, à cette occasion, ses partenaires mais aussi des experts de la sous-région, plus particulièrement ceux du Togo et du Burkina Faso. Lancé hier, lundi 7 novembre, l’atelier se poursuit jusqu’au au mercredi 9 novembre prochain à Dakar. La politique de l’HORIZONT3000 se fait «en cohérence avec la politique de l’État du Sénégal», selon son représentant pays, Ismaïla Ndao. «Il y a beaucoup d’avancées sur l’agro-écologie, d’abord le niveau de sensibilisation des populations et des producteurs, vu que l’agro-écologie constitue une réponse aux effets du changement climatique dans nos pays», a-t-il lancé. «On est sur une bonne lancée, accompagné par les autorités locales, notamment le ministère de l’Agriculture, de l’Equipement rural et de la Sécurité alimentaire, mais aussi en particulier le département de l’horticulture», a poursuivi M. Ndao. Le représentant pays de L’HORIZONT3000 d’insister sur les succès enregistrés par sa structure au niveau des populations. «Nous avons engrangé beaucoup de résultats, d’abord la sensibilisation des populations et des producteurs sur l’intérêt et la pertinence de l’agro-écologie en termes de production durable, dans l’agrosystème de façon générale. Aujourd’hui, les populations parviennent à fabriquer leur propre composte naturel et à emblaver des espaces de façon progressive au niveau de l’espace agricole rural et gérer leur santé», s’est-il félicité lors d’un face-à-face avec des journalistes. Dr. Macoumba Diouf, le directeur de l’horticulture a, pour sa part, montré les limites de l’agriculture conventionnelle, tout en citant les avantages de l’agro-écologie. «L’agriculture conventionnelle a fini de montrer qu’elle ne préserve pas forcément et totalement notre environnement, notre santé et la durabilité de nos systèmes de production. Par contre, l’agro-écologie, comme approche de production, utilise des modalités qui préservent l’environnement, le système de culture, la santé humaine et la qualité des productions. Les productions agro-écologiques se préservent beaucoup plus longtemps que celles issues de la culture conventionnelle», a-t-il précisé. C’est pourquoi, explique l’ancien directeur général de l’Institut sénégalais de Recherches agricoles (ISRA), «le PSE Vert (Ndlr: Plan Sénégal émergent Vert) lancé par le chef de l’État, met certes en avant, la reforestation au point de créer même l’Agence nationale de la Reforestation et de la Grande Muraille verte». L’agro-écologie constitue, selon Dr. Diouf, le «deuxième pilier» de ce programme.

«L’agro-écologie est recommandée… mais elle l’est surtout pour les productions horticoles» Dans la même veine, le maire de la commune de Latmingué a aussi souligné l’importance de l’agro-écologie dans l’horticulture. «Nous avons eu grand intérêt à participer à cet atelier car, explique la même source, l’agro-écologie est recommandée pour toutes les cultures, mais elle l’est surtout pour les productions horticoles avant tout. Dans la mesure où, ce sont des productions qui sont consommées, pour l’essentiel, à l’état frais ou avec une légère cuisson. Ça veut dire si on a des éléments toxiques, on a aucun moyen de préserver le consommateur.»

PAPA MOUSSA CAMARA (STAGIAIRE)

 

Leave a reply