Pèche artisanale : les acteurs dans la déprime accusent leur ministère

0
273

La pêche artisanale traverse une passe difficile et les acteurs accusent leur ministère d’être à l’origine de cette situation. Dans un communiqué, le cadre de concertation annonce la poursuite du boycott de toute collaboration avec leur tutelle et rappellent au chef de l’Etat, le Conseil présidentiel sur la pêche qui a été annoncé depuis un an.

Les acteurs de la pêche artisanale seraient en train de vivre les heures les plus sombres de leur métier. En tout cas c’est ce quel laisse apparaitre le communiqué sorti par le Cadre de Concertation des Acteurs de la pêche Artisanale au Sénégal. Une situation caractérisée par la chute drastique de leurs revenus et qui ne leur « permet plus de faire face à leurs dépenses d’exploitation ».

Ce qui fait qu’une grande partie des pêcheurs artisanaux a choisi d’abandonner l’activité pour tenter l’aventure de l’immigration clandestine, avec tous les risques que cela comporte pour eux, sans oublier ceux qui ont mis en vente leur outil de travail pour s’investir dans d’autres créneaux.  « Certains membres des communautés de pêche artisanale désespérés, désemparés s’entassent par centaines à bord de pirogues artisanales et font cap sur l’Espagne. Ils sont victimes d’accidents en mer qui se soldent par d’importantes pertes en vies humaines et de matériels. Nous déplorons des ruptures périodiques et récurrentes d’essence sous douane et des difficultés d’accès aux moteurs hors-bord (Yamaha) ainsi qu’aux pièces de rechange à cause des intermédiaires dont la logique échappe à notre compréhension. C’est la première fois dans l’histoire du Sénégal que nous constatons un désarmement d’autant d’unités de pêche artisanale illustrées par des annonces « pirogues/Moteurs/Filets à vendre », note le communiqué signé par le coordonnateur Pierre Mboup.

Ces pêcheurs estiment que cette situation découle de la raréfaction des ressources consécutive à l’activité des bateaux étrangers qui pêchent dans les eaux sénégalaises, sans aucune traçabilité sur leur nombre. Un phénomène qui affecte toute la chaine de production. Avec les femmes transformatrices sont devenues de la main d’œuvre dans les usines de fabrication de farine de poisson au moment où les mareyeurs se morfondent. Les femmes transformatrices de produits halieutiques, … sont dépossédées de leurs matières premières. Ces braves femmes qui s’auto-employaient jadis sont réduites actuellement à de simples ouvrières avec la sous-traitance qui gagne du terrain dans le secteur. … Les mareyeurs éprouvent d’énormes difficultés à trouver du poisson pour rentabiliser leurs activités», lit-on sur le communiqué.

Ce qui menace la rentabilité sur la viabilité financière des camions mis à la disposition de certains mareyeurs dans un contexte où le poisson se fait rare. Aussi les acteurs de la pêche artisanale s’insurgent contre leur mise à l’écart par la tutelle et dénoncent une opacité dans la gouvernance du secteur. Une opacité caractérisée par le refus du ministère de faire le listing des navires autorisés à pêcher dans la zone d’exclusivité économique du Sénégal et absence de maitrise des statistiques. Ce qui porte un sacré coup à la mise en œuvre de la lettre de politique sectorielle.

« Cette crise durable de la pêche artisanale est principalement la résultante d’une insuffisance criarde de gouvernance du secteur des pêches et de l’Economie maritime. La capacité de pêche n’est pas maitrisée aussi bien dans la pêche artisanale qu’industrielle alors que le premier axe de la Lettre de politique de Développement de la Pêche et de l’Aquaculture (LPSDPA)-2016/2023 est l’ajustement des capacités de pêche par rapport au potentiel. Le Rapport de l’évaluation mi-parcours de cette LPSDPA confirme un aveu d’insuffisance notoire de mise en œuvre et d’atteinte des résultats attendus » ajoute le communiqué.

Tout un faisceau de griefs qui font que ces acteurs ont décidé de cesser toute collaboration avec le ministre de la Pêche et de l’économie maritime. «Considérant ce qui précède, nous réitérons notre refus de collaboration avec l’actuel Ministre des Pêches et de l’Economie maritime», martèlent Pierre Mboup et ses camarades qui attendent avec impatience la convocation du Conseil présidentiel sur la pêche promis par le Chef de l’Etat et qui était prévu pour Mars 2021.

WORE NDOYE

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :