Petite enfance : les exigences du SUDES/EPE

0
225

Dans le cadre de la célébration de la 16ème édition de la Semaine nationale de la petite enfance et de la Case des tout-petits du 15 au 21 décembre sous le thème « l’Education au civisme dès la petite enfance pour bâtir ensemble un capital humain de qualité », le Syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal/Enseignement Préscolaire et Elémentaire (SUDES/EPE) a exhorté les autorités gouvernementales à « traduire en actes concrets les belles intentions retenues dans les onze décisions présidentielles, faisant suite aux assises nationales de l’Education et de la Formation ». Il exige ainsi du gouvernement « l’application de la préscolarisation obligatoire d’une année pour les enfants de cette tranche d’âge, conformément à la recommandation de l’ODD4 », « le développement et la rationalisation de la carte scolaire de la petite enfance, de même que l’équipement des établissements pour de meilleures conditions de travail », et « la réouverture de l’école de formation des enseignants du Préscolaire en vue d’une spécialisation et offrir au personnel un centre de perfectionnement », lit-on dans une déclaration en date d’hier, mardi 20 décembre. Selon le SUDES/EPE, «  tout cela exige la hausse significative du budget alloué au sous-secteur de la petite enfance qui doit impérativement évoluer car comme l’ont démontré les neurosciences, « tout se joue à cet âge ».  Et d’ajouter : « En conséquence, la qualité de l’éducation dépend aussi en grande partie des investissements importants à faire dans ce sous-secteur en vérité stratégique ».

En effet, le Syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal/Enseignement Préscolaire et Elémentaire dit constater avec « regret et indignation » le «faible taux de préscolarisation, qui est de l’ordre de 17%. Cela est dû au faible taux de couverture en structures de la petite enfance au niveau national, qui résulte du financement dérisoire accordé à la petite enfance avec moins de 1% du budget de l’éducation alloué au sous-secteur de la petite enfance ». « Il s’y ajoute la formation au rabais et le manque de perspectives de formation continuée du personnel de la petite enfance. En effet, dans le cadre de la formation polyvalente des maîtres dans les CRFPE, les modules sur la petite enfance représentante la portion congrue en tout », poursuit la source.

Le SUDES/EPE qui s’est félicité de « l’institutionnalisation de l’évènement qui traduit la volonté du Gouvernement à travers l’Agence Nationale de la Petite enfance et de la Case des tout-petits de faire du sous-secteur de la petite enfance un enjeu majeur dans le cadre de l’atteinte de l’ODD4 », soutient que le « thème de cette année est d’une actualité certaine au regard de l’incivisme notoire et ses effets néfastes notés de plus en plus, dans les actes et comportements de la plupart des citoyens, ce, au niveau des différentes couches de la population ».

Mariame DJIGO

Leave a reply