Plaidoyer pour la réhabilitation de la mémoire du résistant Abdoul Bocar Kane

0
587

(APS) – Des membres de l’association des descendants du héros et résistant Abdoul Bocar Kane (Taaniraabé Abdoul Bocar Kane, en pulaar), ont plaidé, samedi à Dakar, pour la réhabilitation de la mémoire de cette grande figure de l’histoire du Sénégal.

Né en 1831 à Dabia au Fouta, dans la province du Bosseya (actuelle région de Matam), Abdoul Bocar Kane est considéré comme l’un des derniers résistants à la pénétration française en Afrique, dans la seconde moitié du 19ème siècle. Il est mort en août 1891, assassiné par ses alliés maures sur ordre des français.

’’Pendant trente ans, cet homme et ses compagnons, de par leurs armes, valeurs et stratégies, se sont farouchement opposés à la pénétration française’’, a ainsi rappelé l’ancien ministre de la Culture, Amadou Tidiane Wone.

’’Un moment historique, un pan entier de notre jusqu’ici relaté par des communicateurs traditionnels et par quels rares écrits’’, a-t-il déploré, plaidant ainsi la réhabilitation de la mémoire de cette figure afin de la faire connaître au grand public.

Wone s’exprimait ainsi à l’occasion du panel de pré-lancement des journées culturelles dédiées au résistant Abdoul Bocar Kane, axé sur le thème ’’Abdoul Bocar Kane de Dabia et ses compagnons : trente ans de résistance à la colonisation du Fouta’’. Ces journées culturelles se tiendront les 10 et 11 décembre prochains, à Dabia, une commune située dans la région de Matam, (nord).

Selon Wone, ’’ce moment va poser le premier jalon d’une nouvelle lecture de l’histoire de notre pays non tronquée ou dissimulée, à travers une nouvelle attitude qui ne doit pas être conflictuelle, mais plutôt le ciment d’une cohésion sociale reflétant notre commun vouloir de vie commune telle que voulue par nous, et non celle conçue par le colon’’.

Abdoul Bocar Kane a joué un rôle important dans la préservation de l’intégrité des territoires du Fouta, à un moment historique correspondant aux temps forts de la conquête coloniale, a relevé A le professeur d’histoire Aly Bocar Kane.

’’De 1860 à 1891, a-t-il dit, Abdoul Bocar Kane et ses compagnons ont non seulement réussi à préserver l’intégrité du Bosseya mais, à gêner également le protectorat français’’.

’’Il a aussi obstrué la voie à la pénétration française qui voulait installer une navigation fluviale de Saint-Louis à Bakel’’, a pour sa part souligné l’historien et inspecteur d’académie, le professeur Alioune Ndiaye, par ailleurs représentant de la famille d’Alboury Ndiaye Ndiaye, le fondateur de l’empire du Djolof.

Revenant sur ce pont établi entre le Fouta et le Djolof, il a indiqué, qu’Alboury, en exil, dans un contexte de disgrâce avec les colons, a été accueilli par Abdoul Bocar Kane, à Dabia. Un courage qui lui a valu des représailles par la suite, a-t-il fait savoir.

’’Le fait de garder le silence sur ce résistant qui a versé son sang pour que le pays reste libre, est un crime dans la continuation de ceux qui l’ont combattu’’, a de son côté estimé le général Ousmane Kane.

L’ancien chef d’état-major de l’Armée de l’Air est d’avis qu’il est aujourd’hui ’’impératif de fermer cette parenthèse, en exhumant ce passé pour sortir de l’oubli, toute notre histoire très riche, avec nos divergences, nos conflits, nos luttes et nos alliances’’.

Leave a reply