Pluies diluviennes en banlieue : plusieurs quartiers pataugent, des familles cherchent le sec, le marigot de Mbao déborde…

0
635

Les pluies diluviennes qui se sont abattues en banlieue ont accentué le calvaire de certaines populations qui vivaient déjà les affres des inondations. Au niveau de la Cité Pépinière, les eaux ont envahi la quasi-totalité des maisons ; à Diamaguene Sicap-Mbao, les populations affichent leur  calvaire sur la route Mame Diarra, Tally Carreaux et Médina Fass Mbao entre autres qui sont qui sont redevenus impraticables. A Mbao, c’est le marigot qui prend le surplus des eaux des ouvrages de drainages de Keur Massar qui a débordé. Du côté de Keur Massar les habitant de Aïnoumady décrient l’érection du pont qui a dévié le chemin des eaux vers les habitations ; et ; à l’unité 3, cinq (5) familles plient bagages pour aller au sec.

Les pluies ont occasionné des dégâts dans les concessions au niveau de la Cité Pépinière à Pikine où les maisons sont submergées jusque dans les chambres. La station de pompage sur la route des Niayes  est même engloutie par les eaux de pluies ; des véhicules dans les eaux n’arrivent pas à se déplacer. « Nous avons des problèmes avec la station de pompage qui a un débit faible. Quand l’eau tombe et que le pompage ne suit pas, voilà le résultat ; les eaux qui ne sont pas drainées entrent dans nos maison », a déploré un habitant de la Cité Pépinière qui ajoute : « il faut qu’on renforce la puissance, sinon on va toujours vivre cette situation », a indiqué ce dernier.

Du côté de la commune de Diamaguene Sicap-Mbao ou le ministre de l’Eau et de l’Assainissement y avait même effectué une visite lors de sa tournée pré-hivernale. La situation semble intenable par les populations de Tally Carreaux, Tally Mame Diarra, Médina Fass Mbao, quartier Abdou Ndiaye, entre autres. Les eaux ont repris de plus belle sur la chaussée. « Nous souhaitons de solutions durables mais pas conjoncturelles. On vient pour des pompages et voilà la situation qui revient ; le ministre avait annoncé des travaux de canalisation mais on a encore rien vu, que des promesses », s’est indigné un habitant de la commune.

La situation semble plus compliquée pour les habitants de Keur Massar unité 3, les quartiers Aladji Pathé, a fait entendre Daouda Mbaye, délégué de quartier de l’unité 3. « Les populations des Parcelles Assainies et Aladji Pathé sont réveillées avec une grande déception parce que le programme d’urgence qui est en train d’être déroulé devait être achevé en fin juillet, avec l’érection de deux bassins dont un à l’unité 3 et l’autre à l’unité 9 », a fait savoir le délégué de quartier qui, dans la foulée, s’indigne.

« Malheureusement, il a beaucoup plus et la situation devient catastrophique parce que tous les quartiers des Parcelles Assainies et de Aladji Pathé sont inondés. Et nous de l’unité 3, nous sommes mal barrés parce que la quantité d’eau qui causaient des problèmes à l’unité 9 et qui pouvait être drainée vers la route, passe actuellement par le nouvel l’ouvrage du plan d’urgence pour inonder le terrain de l’unité 3 où devait être érigé le bassin », a soutenu le délégué qui révèle : « Actuellement, il  y a des maisons inondées et présentement, au niveau de l’unité 3, on a répertorié 5 familles qui sont en train plier leur bagages. Et ce qui est regrettable, c’est qu’on a noté une absence d’électropompes au niveau des unités 3 et 9. Donc ces deux points sensibles doivent avoir un traitement particulier pour accompagner les ouvrages en cours de réalisation », a alerté Daouda Mbaye.

Du côté de la Cité  Aïnoumady 1, le délégué pointe du doigt le nouvel autopont qui est la source de leur malheur. « La situation est catastrophique ; toutes les eaux ont ruisselés de l’autopont et se sont déversées systématiquement dans le quartier. Et depuis la descente de l’autopont qui traverse mon quartier pour aller jusqu’à la Cité Dakar Marine, tout est plein », a alerté Baboucar Senghor.

Dans la commune de Mbao, le débordement du marigot a impacté les maisons environnantes. Le marigot de Mbao constitue un élément essentiel dans le dispositif du plan d’urgence car il est le réceptacle du trop-plein d’eau des ouvrages de drainage des eaux de plus du Progep 2 et de la phase d’urgence. Son écrêtage et son reprofilage aurait un avantage pour toutes ces eaux qui viendront de Keur Massar et dans la commune ; mais les travaux n’ont pas encore démarré, à part un écrêtage qui n’a pas d’effet sur la furie des eaux de pluies.

Il faut noter aussi que les pluies diluviennes ont impactés le transport en banlieue ou plusieurs personnes n’ont pas pu se rendre au travail, à Dakar, faute de véhicule de transport en commun qui ont préférés garer, attendant la fin de la pluie et que les voies soient dégagées.

Moussa THIAM

Leave a reply