Plus de 27 millions Fcfa d’amendes recouvrés sur la non application des nouveaux tarifs sur les produits de grandes consommation

0
282

Le ministère du commerce et des Pme avait fait sorti un arrêté fixant les prix de certaines denrées de premières nécessités. Après un  mois d’application de ces mesures  sur le terrain, la direction du commerce intérieur a estimé le taux d’application à 87%.  Aussi, sur l’ensemble des 14 régions du Sénégal,  8542 contrôles  ont été faits  au niveau des boutiques dont  1561 ont été convoqués pour infraction. Globalement  27 millions 585 mille francs Cfa  d’amendes  ont été recouvrés et versés au niveau du service du trésor.

«Nous avons senti que le niveau d’application  des prix a été massivement respecté par beaucoup de commerçants détaillants. Nous sommes à pratiquement 87% de taux d’application». Ces propos sont du directeur du commerce intérieur Oumar Diallo qui faisait face à la presse hier, lundi  4 octobre  pour faire l’évaluation  des mesures  qui avaient été prises par l’Etat, pour le maintien du pouvoir d’achat des ménages.

En revanche, il relève qu’il y a  des poches de résistance  dans certains quartiers ou marchés, où des  commerçants jusqu’ici refusent d’appliquer les nouveaux tarifs. «Ils invoquent la disponibilité de  de leurs anciens stocks et cela, nous sommes en train de le régler, parce que progressivement nos  équipes descendent sur le terrain pour  faire le contrôle nécessaire et réajuster», indique-t-il.

Il informe aussi que sur l’ensemble des 14 régions du Sénégal,   8542 contrôles  ont été faits  au niveau des boutiques. Et sur les 8542 commerçants contrôlés 1561 ont été convoqués pour infraction. Globalement, ajoute-t-il,  27 millions 585 mille francs Cfa  d’amendes  ont été recouvrés et versés  au niveau du service du trésor. Parallèlement,  il y a eu des saisies. Sur le sucre, c’est 77,650 tonnes qui ont été saisies, pour l’huile, 32220 litres, pour le riz 19,950 tonnes  et pour les bonbonnes de gaz 889 ont été saisies.

«Un commerçant qui fait de la rétention de stock,  en plus de cela, il le vend à un prix illicite, n’aura pas le même traitement que celui qui n’avait pas caché son stock et qui a commis simplement une infraction de pratique de prix illicite. Pour le premier, on peut confisquer le produit, lui mettre une amende. Pour le deuxième, une fois que vous payez l’amende, le produit peut être restitué», a expliqué le directeur du commerce intérieur.  I

Il rassure que depuis que les contrôles ont été effectués sur le marché, une baisse des tensions sur les prix a été constatée. En termes d’approvisionnement du marché, il signale qu’il n’y a plus de pénurie sur le marché. M Diallo rappelle, par ailleurs, que pour faire ce travail la direction du commerce intérieur a reçu de l’Etat un appui conséquent de 35 véhicules.

NDEYE AMINATA CISSE

Leave a reply