Pneus usés rechapés : accidents de la route en suspens

0
341

Dans un registre assez différent de celui de Ndeye Marie, des personnes ont décidé tout simplement de rechaper les pneus usés. Ces pneus usagés, qui sont certes moins coûteux, représentent l’une des premières causes d’accidents de la route. 

 

Malick Wone est mécanicien au Stade Demba Diop. Ce métier il l’exerce depuis des années et des conducteurs qui utilisent des pneus usés rechapés, il en voit presque tous les jours. « L’utilisation des pneus usés est la cause de plusieurs accidents de la route. Il arrive d’avoir une voiture et de ne pas être conscient que les pneus sont usés. Certains conducteurs, par contre, optent pour la facilité et font rechaper leurs anciens pneus. Dans ce cas, il suffit que le conducteur veuille freiner pour que la voiture dérape et provoque un accident. Et ceci est très fréquent de nos jours. C’est pourquoi, souvent, quand ils partent aux services des mines, ils ne passent pas la visite technique. Et seul un mécanicien peut faire ce constat. Il suffit de rouler avec pendant 10 jours pour se rendre compte de l’état défectueux des pneus. J’invite les automobilistes à plus de vigilance », insiste Malick Wone.

Nous le trouvons dans sa boutique, au Stade Demba Diop de Dakar. Des dizaines de pneus vétustes exposés sur la devanture, François Ngom, originaire de Fatick, en est le propriétaire. « Tous ces pneus qui sont dehors sont de seconde main. Il y a néanmoins certaines personnes qui viennent pour les récupérer. Parfois, je les vends ou je les leur  offre tout simplement. Il n’y a pas de prix fixe, le prix varie selon l’état des pneus. Une fois changés, ces pneus ne doivent plus être utilisés. Nous avertissons toujours nos clients. Il arrive qu’ils viennent avec leurs propres pneus et qu’on se rende compte qu’ils sont usés ; mais ils insistent pour se les faire monter. Dans ce cas, on dégage toute notre responsabilité. Il y a beaucoup de risque à utiliser des pneus usés » dans les transports, confirme M. Ngom.

Automobiliste, Khaly est très intransigeant. Il nous confie : « il faut être responsable. Je tiens à ma vie et il incombe aux automobilistes de faire attention sur la route. Les pneus que j’utilise sont en très bon état, je les change s’il y a lieu et je ne prends aucun risque car ma vie en dépend ».

Au marché Petersen la vente de pneus est un business très prisé par la plupart des commerçants. Toute une rue leur est dédiée. On les trouve tout le temps en train de décharger leurs marchandises. Nous sommes devant le magasin de Khadim Gueye, à la tête d’une entreprise familiale qui  intervient dans le domaine de l’import-export. « Les pneus vendus sont de très bonnes qualités », explique Khadim.

« Ils viennent pour la plupart d’Europe, de Chine etc. On vend toutes sortes de pneus, des neufs comme des pneus de seconde main. Mais la qualité y est, c’est juste une question de prix qui varient selon les dimensions, entre 5000 F CFA et 50.000 F CFA ou 100.000 F CFA pour les venants et 50.000 à 150.000 F CFA etc. pour les pneus neufs. On en fournit également à certaines entreprises ainsi qu’à nos clients de confiance qui en achètent en très grande quantité. Le seul problème que nous rencontrons est la cherté du prix du fret et des taxes douanières. A part cela, notre activité marche bien », déclare Khadim Gueye.

Le recyclage et la vente de pneus usagés est devenu aujourd’hui un business florissant au Sénégal et un véritable enjeu tant économique  qu’écologique.

 

Adjaratou Marieme Diaw MBAYE (Stagiaire)

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :