Politique/Économie – L’Afrique face à elle même : Survivre et après ?, par Cheikh Hamidou KANE (Sud Magazine, N°2, Juin 1986)

0
1916

Signé par Monsieur Cheikh Hamidou KANE, Ministre du Plan et de la Coopération du Gouvernement sénégalais et Président d’ENDA TIERS MONDE, ce document est le texte intégral de la préface dont un résumé apparaît aux premières pages du rapport sur l’état des enfants africains, produit par l’UNICEF. Ce document étudie les moyens d’établir des programmes à «dimensions humaines » afin de protéger les enfants d’Afrique contre les dangers qui les menacent, un de ces moyens étant la vaccination.

Cependant il pose la problématique du devenir africain à la lumière de certains choix de développement qui sont d’autant plus actuels qu’en ce moment la Communauté internationale est appelée à se pencher au chevet de notre continent. Une interpellation lucide des acteurs qui, aussi bien «en dehors » qu’au dedans ont pour cible le développement.

Survie et développement? Peut-être : Survie ou développement ? Une certaine approche, qui semble en faveur, met en péril, – au nom du court terme et d’une vision superficielle des problèmes – l’avenir des enfants et des jeunes de ce continent. Il est des aspects plus évidents, et d’autres, moins perceptibles. Pour le Sahel en tout cas, pour l’Ethiopie et, aussi, pour plusieurs pays d’Afrique australe, la manière dont se déploie l’aide internationale accroît, chaque jour, le sentiment que l’Afrique doit attendre son salut de l’extérieur, et elle risque de développer une mentalité d’assistés permanents chez ceux que, parfois, elle dérobe à la mort.

Au-delà d’évidences comme celles-ci, les générations montantes sont menacées d’autre façon. La générosité de beaucoup, l’ampleur des efforts consentis par tous ceux qui veulent aider l’Afrique, n’ont qu’une chance limitée de créer les conditions d’un développement vrai, tant que demeureront quelques malentendus essentiels sur l’approche nécessaire et sur les stratégies possibles.

Le parti-pris de modernisme sans discernement, le mimétisme qui s’ensuit et quelques autres facteurs se conjuguent pour occulter, en fait, les réalités culturelles, et pour maintenir l’illusion que les processus ou les méthodes valables dans les sociétés libérales et individualistes le sont dans les nôtres. Ainsi, on continu souvent à considérer les artisans et les petits vendeurs comme des phénomènes en voie d’extinction, les familles élargies et les solidarités régionales, ou ethniques comme en passe de s’effriter et le rôle des femmes comme en voie d’évolution rapide vers la conformité aux modèles européens ou américains. Que des évolutions en ce sens s’esquissent, qu’elles puissent concerner certaines fractions de la société, n’est pas contestable. La vitesse de ces transformations, toutefois, et leur caractère inéluctable posent question.

  •  1- L’expression «secteur informel» est significative d’une incapacité à saisir une situation hors des catégories habituelles de la science « universelle». Pourtant, on tend à admettre, maintenant, que cet ensemble occupe, dans nombre de cités africaines, environ la moitié de la population active et qu’il sera, au cours des prochaines années, le principal fournisseur d’emplois. A la différence du sous-système moderne, qui se définit par sa conformité relative à des lois et des règlements copiés d’ailleurs, le sous-système populaire est largement « hors­ la-loi -. Mais il fait porter à son actif la réelle inventivité qui s’y déploie, un potentiel remarquable de souplesse et d’adaptation, la faculté de « coller » aux besoins et aux goûts des connaisseurs et de fournir des biens et des services à la portée des plus démunis. C’est certainement en desserrant l’étau de la répression, en mettant en place des mesures d’accompagnement discrètes, en modifiant les règles officielles du crédit qu’on pourra assurer l’avenir de cet ensemble, dont vivent tant de familles. Plutôt que d’essayer d’écrémer les éléments les plus dynamiques pour tenter d’en faire des entrepreneurs schumpétériens, c’est à partir de la compréhension des mécanismes qui régissent le sous-système populaire et d’une concertation avec ses différents éléments que peut être imaginée une nouvelle politique d’industrialisation, à plusieurs composantes. La voie pour améliorer effectivement la situation de centaines de milliers d’enfants des couches populaires urbaines passe – peut-on l’ignorer? – par une redéfinition de la politique à l’égard du sous-système dit « informel ».

 

  • 2- La même incapacité à voir les choses autrement qu’à travers le prisme « universel », empêche de saisir les rattachements familiaux et sociaux qui, dans presque toutes les campagnes africaines et dans la majeure partie des villes, constituent la trame de la vie quotidienne. On attend d’un infirmier qu’il soigne, d’un maître qu’il enseigne, d’un animateur qu’il développe les initiatives comme s’ils avaient choisi ces métiers par vocation, comme s’ils avaient été recrutés et promus avec toute l’objectivité nécessaire et comme s’ils allaient exercer leurs fonctions en toute sérénité et en considérant, sur un pied de stricte égalité, chaque malade, chaque élève, chaque producteur. En fait, leur recrutement, leur affectation – ici, plutôt qu’ailleurs -, la manière dont ils vont exercer leur profession résultent de facteurs divers, les uns reflétant des méthodes de sélection et d’enseignement « modernes», d’autres exprimant une manière dont ils ne voient pas toujours la justification, ni la récompense, de prendre de la distance par rapport aux leurs, c’est- à-dire à leur famille, à leurs « amis » au sens large et au clan dont ils sont issus.
  • De même, il est rare qu’une action de développement menée de l’extérieur garde sa neutralité. Elle va s’opérer grâce à des interlocuteurs, bénéficier à certains, peut-être désavantager d’autres. En plus de cette finalité précise (un centre de réhydratation orale, une école primaire, un atelier …), chaque opération a une autre finalité, l’emportant parfois sur la première. Une famille rurale apparemment perdue aux confins du désert ou dans la solitude de la forêt constitue souvent le maillon le plus humble d’une chaîne qui se ramifie beaucoup plus loin et beaucoup plus haut. Elle se prévaut d’une certaine origine, elle se recommande d’un notable ou d’un chef de village, celui-ci se situe dans la lignée d’un personnage influent qui lui-même, fait partie de la clientèle d’un responsable politique ou d’un député.
  • Il faudrait savoir comment, à partir des fonctions effectives qui sont déjà les leurs, les femmes pourraient élargir leur contribution à la vie quotidienne des groupes et à la construction d’un autre avenir. En termes de production, les organisations spontanées de femmes montrent, déjà, comment, en milieu rural, elles savent maîtriser le jardinage et combien l’usage qu’elles font de leurs gains répond à leurs besoins. En milieu populaire urbain, les femmes constituent la principale main-d’œuvre qui transforme et conditionne tout ce qui va nourrir la ville. Toutes ces femmes ont beaucoup à dire en termes de production et de transformation des produits, elles acceptent l’idée qu’elles ont, également, beaucoup à apprendre.
  • Il en va de même en nutrition, en hygiène, en santé. Il existe chez les femmes d’Afrique, à partir des contextes culturels où elles jouent leur rôle, un potentiel extraordinaire d’analyse, d’innovation, de travail en commun, de production. Une tâche historique demeure au-devant des dirigeants, de leurs partenaires étrangers pour libérer vraiment cette énergie latente.

 

  • 3- Ce qui vaut pour les femmes, pour une part, vaut pour les jeunes. Pour une partie des jeunes africains, la classe d’âge du village n’a plus la même force qu’auparavant. Dans les villes, les scolarisations souvent inachevées ont quand même eu suffisamment d’impact, renforcées par les médias, pour façonner une nouvelle jeunesse. Les espoirs suscités par fa scolarisation, les perspectives d’insertion dans le sous-système moderne de l’économie, le rêve d’un style de vie occidental, de voyages et de migration – tout cela crée les conditions d’une amertume aux conséquences imprévisibles. La préoccupation première s’exprime, sans doute, en termes économiques, mais le sous-système populaire de production, décrié et méprisé, n’accueillera les jeunes que faute, pour eux, de trouver, ailleurs, autre chose tandis que la Fonction publique et les entreprises modernes emploient une proportion de plus en plus faible. Devant l’incompréhension des adultes, la jeune génération cherche ses modes d’expression et ses formes propres d’organisation: bandes, clubs, groupes artistiques ou culturels où se façonne une nouvelle culture, essentiellement urbaine, sensible, certes, aux influences européennes, mais aussi à celles qui viennent des Antilles, par exemple.

Face à cette jeunesse, divers ministères prétendent traiter les problèmes sans qu’aucun d’eux n’ait, en fait, une vue d’ensemble de la question et des solutions possibles. La répression de la délinquance et de ce qu’on appelle, en termes cruels, les «encombrements humains», prime, dans nombre de pays, tout effort de compréhension et d’action en direction des chômeurs urbains et des «jeunes de la rue». Comment continuer à faire comme si l’on fermait les yeux sur des problèmes aussi essentiels ?

Les propos que voici n’emportent pas de conclusion, sinon celle-ci: les déboires et les échecs vont s’accumuler si l’on n’entreprend pas, dès maintenant – parallèlement aux actions de base, qu’il faut poursuivre – une révision courageuse des méthodes d’analyse et de la manière de procéder.

Le sauvetage de centaines de milliers de jeunes enfants, condamnés à périr de malnutrition ou de maladie, s’impose comme un impératif immédiat, à condition qu’il soit une étape pour d’autres actions et un élément d’une approche globale qui, seule, à la longue, permettra aux enfants d’Afrique de survivre et, au-delà, de vivre le développement.

Leave a reply