Politique monétaire en Afrique de l’Ouest : la BCEAO maintient ses taux directeurs

0
185

La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a tenu hier, mardi 4 juin la réunion de son comité politique  monétaire. A l’issue de   cette rencontre, La BCEAO a décidé de maintenir le principal taux directeur auquel la Banque Centrale prête ses ressources aux banques à 3,50%. Le taux d’intérêt sur le guichet de prêt marginal reste aussi inchangé et se chiffre à 5,50%.

Le Comité de Politique Monétaire (CPM) de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a décidé, à l’issue de sa réunion tenue hier, mardi  4 juin 2024, de maintenir le principal taux directeur auquel la Banque Centrale prête ses ressources aux banques à 3,50%. Le taux d’intérêt sur le guichet de prêt marginal reste inchangé et se chiffre  à 5,50%. Ces niveaux sont  en vigueur depuis le 16 décembre 2023.  Selon le président du comité de politique monétaire de la BCEAO,  Jean Claude Kassi Brou, cette décision intervient dans un contexte caractérisé par une inflation contenue et une amélioration des comptes extérieurs de l’Union. Le taux d’inflation, en légère hausse à 2,8% au premier trimestre 2024, se maintient dans la zone cible de 1% à 3%. Pour l’ensemble de l’année 2024, le taux d’inflation est attendu à 2,9% contre 3,7% en 2023.  « Aujourd’hui l’inflation au niveau mondial même s’il a baissé  reste encore  au-dessus  des objectifs  des banques centrales. Donc, on est dans une tendance baissière, mais on n’est pas encore arrivé au niveau où on est totalement à l’aise. Ce qui explique le fait que les taux directeur  des banques centrales n’ont pas baissé jusqu’à présent », explique-t-il.  Le gouverneur de la BCEAO  a relevé que l’activité économique est restée dynamique, avec une progression du PIB réel de 5,1% au premier trimestre 2024, après 4,8% au trimestre précédent. Sur l’année 2024, il a annoncé que  la croissance de l’Union atteindrait 6,1% contre 5,3% en 2023. Selon  Jean Claude Kassi Brou, la situation extérieure de l’Union s’est améliorée au premier trimestre 2024, grâce principalement à l’augmentation des recettes d’exportation et à la mobilisation de ressources extérieures par les Etats membres de l’Union. Le financement de l’économie demeure vigoureux avec une progression des crédits à l’économie de 5,0%, en rythme annuel, à fin mars 2024. Au cours des prochains mois, informe-t-il, le Comité de Politique Monétaire analysera l’évolution de l’inflation ainsi que celle de la situation économique, financière et monétaire, et prendra, si nécessaire, les mesures idoines pour assurer la stabilité monétaire de la zone.

NDEYE AMINATA CISSE

Leave a reply