Portrait – Stérilité d’une femme au foyer : l’histoire bouleversante de Ndeye Awa Sambou 

0
304

Au moment où certaines femmes étouffent leurs bébés, abandonnent leurs nouveau-nés dans une décharge, poubelle ou fosse septique, etc. d’autres donneraient tout l’or du monde pour connaitre le «bonheur de l’enfantement». Mais, malheureusement, infertiles ou stériles, ces dernières vivent véritable quotidien d’enfer au sein des ménages familiaux ou dans leur couple. C’est le cas de Ndeye Awa Sambou qui n’a même pas connu une fausse couche, après 10 ans de mariage. Entre calomnie, souffrance et humiliation de la part de sa belle-famille, cette brave dame nous raconte sa tumultueuse histoire.

Agée de 39 ans, Ndeye Awa Sambou  est une femme d’origine casamançaise qui loge dans un quartier de Colobane, chez sa belle-famille. Mariée depuis belles lurettes,  avec son amour d’enfance, S.N., cette femme aux formes généreuse rêvait  d’être mère, comme la plupart des mariées. Mais, c’était sans compter avec le coup d’un destin cruel qui fera capoter ses beaux rêves. Pour comprendre son mal intérieur, il faudra remonter en 2012, l’année, à laquelle elle a appris sa stérilité. Meurtrie, perdue, Ndeye Awa se croyait  être  dans un cauchemar. «Après quelques années de mariage, je n’ai même pas connu une fausse couche. J’ai commencé à  m’inquiéter car tout le monde me demandait ce que j’attendais encore pour tomber enceinte. J’en ai parlé avec mon mari et nous sommes partis faire des analyses, tous les deux, pour voir ou se situe le problème», raconte-t-elle.

Avant d’ajouter : «A ma plus grande surprise, j’étais celle qui avait des problèmes pour enfanter car mes trompes étaient bouchées», se remémore-t-elle, sous un ton triste. Cependant, ces révélations ne l’ont pas empêché de garder espoir car, dit-elle, «je me disais que, parfois, il arrive que les médecins se trompent. Mon mari était aussi très affecté par cette nouvelle ; par contre, il le camouflait et m’a soutenu dans ce combat. Mon médecin m’a demandé de faire un traitement», explique Ndeye Awa.

Après une année de traitement et de diagnostic, sans succès, elle a arrêté car, selon elle, c’était couteux. Ainsi, elle s’est retournée vers les marabouts de la Casamance qui «sont connus pour leur don de guérir une femme stérile». Après 2 ans de traitement traditionnel, elle espérait donner la vie. «Quand je partais en Casamance,  j’avais vraiment de l’espoir. Je suis allée de marabout en marabout et j’ai fait toute sorte de rituels, j’ai pris des bains et bu des mélanges de racines et d’écorces, pendant deux (2) années», narre-t-elle. Malgré tous ces efforts, cette tentative s’est soldée par un échec.

«POUR EVACUER MON MAL, JE PLEURAIS CHAQUE NUIT ET…»

Et Ndeye Awa Sambou n’avait que ses yeux pour pleurer. «Pour évacuer mon mal, je pleurais chaque nuit et mon mari me consolait. C’était une étape difficile pour nous deux. Chaque jour, je voyais les enfants de mes beaux-frères jouer et courir dans toute la maison. Cela me mettait mal à l’aise», révèle Ndeye Awa. Selon elle son ménage est devenu, tout d’un coup, fade. Ainsi elle a commencé à vivre le calvaire dans son ménage. «Ma belle-mère plaçait toujours ses autres belles-filles au-dessus de moi. Et pourtant, je suis la belle-fille ainée de la famille. Elle n’hésitait pas à me rappeler indirectement que je n’ai pas encore enfanté et que je prive son fils le bonheur d’être père.» Face à ces piques, Ndeye Awa ne supportait plus le mal qui la consumait à petit feu. Après les assauts de sa belle-mère, viennent ceux de sa belle-sœur avec qui elle s’était battue. «Elle m’avait traité de ‘’femme stérile’’ ouvrant par la même occasion cette plaie qui ne s’était pas encore cicatrisée. Ce jour-là, je ne voyais que la mort», explique-t-elle.

Dans cette maison, Ndeye Awa vivait le calvaire au quotidien. Mais sa misère s’est accentuée lorsqu’elle a amené sa nièce pour l’élever. «Quand j’ai amené ma nièce, avec l’accord de mon mari, je n’ai pas eu de répit. Les piques se multipliaient et ma belle-mère m’a demandé de la retourner (chez ses parents, ndlr) car elle n’était pas la bienvenue. J’ai abdiqué, j’ai ramené ma nièce (chez son père, ndlr) et ma famille était très compréhensive  vis-à-vis de ma situation», lâche Ndeye Awa, d’une voix teintée de tristesse. Et comme si le destin s’acharnait  sur elle,  son mari a épousé une deuxième femme, sous l’ordre de dame belle-mère. «Ce fut le plus terrible jour de ma vie, même si mon mari m’avait fait part de sa décision» avant, fait-elle savoir.

Anéantie, se sentant trahie, meurtrie, elle a quitté la maison conjugale, le temps de souffler. A son retour, sa belle-mère ne lui faisait plus la misère car, selon Ndeye Awa, elle avait obtenu ce qu’elle voulait. «Elle chantait les éloges de ma coépouse qui avait donné naissance à un petit garçon, après une année de mariage. Quant à mon mari, je ne dirai pas qu’il ne m’aime plus ; mais je ne sens plus cette flamme entre nous», confie-t-elle, la gorge nouée. Aujourd’hui, avec toutes les mauvaises passes qu’elle a traversées, Ndeye Awa Sambou a su surmonter cette épreuve qui, selon elle, est devenue moins poignante car le temps a su apaiser sa douleur.

Amsatou GANO (Stagiaire)

Comments are closed.