Pour la validation de sa liste nationale : Yewwi Askan Wi réussi le pari réussi de la mobilisation

0
546

Des milliers de jeunes ont répondu présents à la manifestation de l’inter coalition Yewwi Askan Wi et Wallu Sénégal, organisée hier, mercredi 8 juin 2022, à la Place de la Nation, ex-Obélisque. La symbolique place était noire d’un monde acquis à la cause de l’opposition qui exige la validation de la liste nationale Yewwi Askan Wi (YAW) aux législatives du 31 juillet prochain.

Peu avant 16 heures, la Place de la Nation, ex-Obélisque, avait refusé du monde pour la manifestation de l’inter coalition Yewwi Askan Wi et Wallu Sénégal. Sur place, se frayer un passage était une chose très difficile. Militants et sympathisants des différents partis que compose cette inter-coalition ont répondu massivement présents à cette mobilisation.  Certains jeunes, drapés dans les couleurs nationales (verte, jaune rouge), frappées d’une étoile verte, et d’autres d’une écharpe aux couleurs du parti Pastef d’Ousmane Sonko, entre autres, ivres d’ambiance festive, de musique et de chants, chantent et dansent sans relâche. Alors que les tensions politiques du moment faisaient craindre un réveil des passions et des violences comme celles du mois de mars 2021.

Tour à tour, les leaders des partis, des mouvements et autres responsables politiques ayant pris part au grand rassemblement, notamment Ousmane Sonko, Barthélémy Dias, Aïda Mbodi, Woré Sarr, Ahmed Aïdara, Assane Diouf, ont pris la parole pour fustiger la volonté manifeste du président Macky Sall d’écarter la liste nationale de Yewwi Askan Wi (YAW), dirigée par le principal opposant au pouvoir en place, en l’occurrence Ousmane Sonko, a priori écarté des législatives par une récente décision du Conseil constitutionnel.

Décidés à mener la vie dure au président Sall et son camp, les différents responsables de l’inter-coalition Yewwi Askan Wi et Wallu Sénégal ont dit tout haut qu’ils prendront part, «de gré ou de force», aux législatives du 31 juillet prochain. Faute de quoi, elles (élections) ne se tiendront pas.

Convaincus que la coalition de Yewwi Askan Wi, à elle seule, pouvait faire l’affaire, les différents intervenants se disent plus que jamais rassurés que l’inter coalition Yewwi Askan Wi et Wallu Senegal va sans doute rafler la mise, exiger la cohabitation et mettre en place un gouvernement au lendemain du scrutin de ces législatives à venir.

Les militants et sympathisants surexcités qui réclamaient à leur leader le «ndigël» (autorisation) pour engager le combat de la rue, d’ores et déjà, ont estimé que Macky Sall n’a pas droit à un troisième mandat. «Il doit tout simplement plier bagages». Car, disent-ils : «Lui et ses acolytes ont fini de piller le pays. Ils ont tout volé».

Et Ousmane Sonko de rajouter : «Si vous visitez leurs maisons, vous y trouverez beaucoup de millions volés». Pour preuve, dit-il, «Comment comprendre qu’un simple griot de Macky Sall puisse détenir une somme d’argent aussi conséquente dans sa maison, sans que la CENTIF ou l’OFNAC puisse piper mot ? C’est tout simplement scandaleux pour un pays qui se respecte, un pays où les citoyens peinent à se soigner, à avoir une bonne éducation de leurs enfants. Un pays où on peine à avoir les trois repas ; un pays où trouver du travail est un problème, même avec les compétences requises», entre autres griefs, soulevés par les opposants.

JEAN PIERRE MALOU

Leave a reply