Pour soutenir une reprise verte, resiliente et inclusive : la Banque mondiale a décaissé plus 586 milliards de FCFA

0
299

Le rapport annuel 2021 de la Banque mondiale renseigne que la Banque des banques au compte de son exercice 21 a accordé à 17 pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale 903 millions de dollars, soit environ plus de 586 milliards de FCFA de financements afin de les accompagner dans leur riposte immédiate à la situation sanitaire, et plus particulièrement les aider à renforcer la prévention, multiplier les tests, fournir du matériel médical et améliorer les systèmes de santé et la coordination. 

Pour aider les pays de la région de l’Afrique de l’ouest et de l’Afrique centrale à faire face à la crise de la covid-19, la Banque investit dans la santé et élargit la couverture des dispositifs de protection sociale pour leurs habitants les plus vulnérables. Elle soutient également la reprise en contribuant à consolider le contrat social entre les citoyens et les pouvoirs publics, à soutenir la création d’emplois et la transformation économique, à améliorer le capital humain, à autonomiser les femmes et à renforcer la résilience climatique.

Dans ledit rapport couvrant la période allant du 1er juillet 2020 au 30 juin 2021, les administrateurs de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (Bird) et de l’Association internationale de développement (Ida), deux institutions que constitue la Banque mondiale ont rédigé un rapport dénommé : De la crise à une reprise verte, résiliente et inclusive. Lequel rapport renseigne que pour sauver des vies dans le contexte de la crise sanitaire planétaire au compte de l’exercice 21, la Banque mondiale a accordé 903 millions de dollars, soit environ plus de 586 milliards de FCFA de financements à 17 pays d’Afrique de l’ouest et d’Afrique centrale aux fins de les accompagner dans leur riposte immédiate à la situation sanitaire, et plus particulièrement les aider à renforcer la prévention, multiplier les tests, fournir du matériel médical et améliorer les systèmes de santé et la coordination. Alors que la vaccination contre la covid-19 se déploie dans beaucoup de pays, « nous travaillons sans relâche à consolider les systèmes de santé et à donner la plus haute priorité à la production de vaccins et à leur distribution avec toute la sécurité et l’efficacité nécessaires », souligne le rapport. Durant l’exercice 21, « nous avons approuvé 15 projets pour un montant total de 622 millions de dollars de financements d’urgence destinés à l’achat de vaccins, notamment au profit des pays suivants : Bénin, Cabo Verde, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée‑Bissau, Libéria, Mauritanie, Niger, République du Congo, Sénégal, Sierra Leone et Togo, et quatre autres sont en préparation », précise ledit rapport. Tirant les leçons de l’épidémie de fièvre Ebola survenue en 2014 en Afrique de l’Ouest, « nous avons engagé plus de 200 millions de dollars en faveur du Programme régional de renforcement des systèmes de surveillance des maladies afin de prêter main‑forte à 16 pays face à la covid-19 et à former des étudiants en médecine dans le cadre du Programme de formation avancée en épidémiologie de terrain et techniques de laboratoire », mentionnent les administrateurs de la Banque mondiale.

Protéger les pauvres et les plus vulnérables

Pour protéger les populations pauvres et vulnérables et permettre une reprise résiliente, des programmes de protection sociale adaptatifs fonctionnant bien ont été concoctés. Ainsi, la Banque mondiale, par le canal de l’Association international de développement (Ida), a apporté aux Etats précités 1,8 milliard de dollars destinés à étendre les dispositifs de sécurité sociale et à renforcer les mesures de protection sociale, les registres de bénéficiaires, les programmes de transferts monétaires et les mécanismes de distribution ; ces efforts profiteront à quelque 40 millions de personnes.

Aider les pasteurs du Sahel confrontés  au changement climatique

Le présent rapport indique que le Sénégal a également bénéficié du financement de la Banque dans le cadre d’appui aux pasteurs du Sahel. Selon les experts de la Banque mondiale, l’élevage fait vivre plus de 20 millions de Sahéliens qui migrent chaque année à la recherche d’eau et de pâturages pour leurs troupeaux. Ledit rapport de souligner que la « pandémie a entraîné des fermetures de frontières qui ont empêché la migration des animaux vers leurs territoires d’origine et menacé leur santé ». Les risques de conflit se sont également avivés entre agriculteurs prêts à planter et éleveurs immobilisés. Le Programme régional de soutien du pastoralisme au Sahel, doté de 600 millions de dollars, vise à préserver les systèmes pastoraux au Burkina Faso, au Mali, en Mauritanie, au Niger, au Sénégal et au Tchad. Il s’emploie à améliorer la gestion des ressources naturelles et la santé des animaux, à atténuer les conflits, à faciliter l’accès aux marchés et à assurer la préparation et la réponse aux crises.

Depuis 2015, « plus de 2 millions de personnes dépendant principalement du pastoralisme ont bénéficié de ce projet », fait remarquer le rapport. La région a aussi enregistré une amélioration de la santé animale grâce à la « construction ou au réaménagement de près de 300 parcs de vaccination, où plus de 200 millions d’animaux ont été vaccinés, ainsi qu’à la construction de près de 70 cabinets vétérinaires et à des formations dispensées à plus d’une cinquantaine de vétérinaires », met en exergues les administrateurs.

JEAN PIERRE MALOU

Leave a reply