« Pour une éducation de qualité pour tous, on ne peut rester indifférent face à la crise permanente de l’école», Sileye Gorbal Sy, président de la CNEPTt

0
291

« Il faut installer une relation de confiance entre le Gouvernement qui définit et met en œuvre les politiques éducatives et les enseignants qui demeurent indispensables et incontournables dans le dispositif » : voilà la forte recommandation de la Coalition nationale Education pour tous (Cnept), par la voix de son président Silèye Gorbal Sy, pour assainir l’espace scolaire et universitaire émaillé, depuis une décennie, par des cycles de grèves. Dans cet entretien à bâtons rompus avec Sud Quotidien, le président de la Cnept qui a été élevé la semaine dernière au Grade de chevalier dans l’Ordre national du Lion par le chef de l’Etat, revient également sur les entraves à une éducation de qualité au Sénégal, en relation avec la scolarisation des filles, les violences scolaires, l’Etat civil etc.

 

L’espace scolaire et universitaire est très souvent secoué par les grèves des enseignants ainsi que des apprenants, comment la Cnept interagit-elle face à cette crise quasi permanente de l’école ?

Notre organisation est la première coalition active en éducation et  sous cet angle, nous avons constaté que depuis plus d’une décennie, notre système éducatif   est confronté à des perturbations récurrentes de la part de ses différents acteurs. Conformément à nos missions de veille et d’alerte pour une éducation inclusive de qualité pour tous, nous ne pouvons pas rester indifférents face à cette situation de crise permanente de l’école sénégalaise. Nous avons aussi compris très tôt qu’il faut installer une relation de confiance entre le Gouvernement qui définit et met en œuvre les politiques éducatives et les enseignants qui demeurent indispensables et incontournables dans le dispositif. Nous avons toujours pensé qu’il fallait mettre l’accent sur la prévention des crises scolaires. A cet effet, en 2007 déjà, nous avions organisé un Forum national sur la prévention et la gestion avec tous les acteurs : gouvernement, syndicats, élèves, parents d’élèves et  acteurs. Nos recommandations et propositions ont été envoyées à qui de droit, malheureusement elles n’ont pas été suivies.

Nous avions participé aux concertations nationales sur l’avenir de l’enseignement supérieur et les Assises nationales de l’éducation qui ont été validées par des Conseils présidentiels. Nous pensions qu’après ces importantes réflexions de  haute portée nationale, notre système éducatif n’allait plus connaitre ses perturbations.

Dans le même ordre d’idées, la Cnept a eu à jouer depuis longtemps le rôle de médiation entre les différents protagonistes. C’est dans ce cadre que nous avions eu à faciliter la rencontre de haut niveau entre le Président Abdoulaye Wade et l’Intersyndicale des Enseignants qui a pu désamorcer la crise. Nous avions participé dans la foulée à la signature du protocole d’accord du 30 avril 2018 et cet effet,  nous avons assisté à toutes les rencontres de monitoring entre le Gouvernement et le G7 qui ont permis la signature du protocole d’accord du 26 février 2022 et dont nous sommes membres du comité de suivi.

– L’école sénégalaise est aussi et de plus en plus émaillée par des scènes de violence. Quel rôle la Cnept a-t-il eu à jouer pour l’apaisement de l’espace scolaire et universitaire ?

Depuis sa mise en place, la Cnept a eu à développer diverses activités allant dans les sens de l’apaisement de l’espace scolaire en sa qualité d’organisation de veille et d’alerte mais aussi de  membre du Comité Dialogue Social/Secteur de l’Education et de la Formation. En tant qu’acteurs de l’éducation et à travers nos points focaux dans les différentes régions, nous avons pu constater une recrudescence de la violence dans l’espace scolaire et universitaire. Celui-ci a été perturbé soit par les élèves, les étudiants  ou bien les enseignants. Mais à chaque fois que de besoin, la Cnept a pris son bâton de pèlerin et en rapport à ses missions de veille et d’alerte pour jouer sa partition en vue d’un espace scolaire apaisé. Sous ce rapport, la Cnept a eu à organiser des foras nationaux avec la participation  les différents acteurs de l’école, notamment les élèves, les enseignants mais aussi les structures étatiques pour mieux prévenir et gérer les violences dans l’espace scolaire.

« L’accès à une éducation de qualité, notamment pour les filles, constitue l’un des grands problèmes du système éducatif sénégalais »

On constate aussi que la scolarisation des filles est un réel problème au Sénégal. Quelles solutions préconisez-vous pour leur scolarisation et surtout leur maintien à l’école ?

L’accès à une éducation de qualité, notamment pour les filles, constitue l’un des grands problèmes du système éducatif sénégalais. C’est pourquoi la Cnept fait de l’éducation des filles une de ses priorités majeures. L’enjeu est double : l’éducation des filles est à la fois un droit humain fondamental et c’est aussi un levier essentiel du développement durable et de paix. Constatant que l’inégalité des genres dans le système éducatif continue de persister, nous avons mené beaucoup d’activités pour lutter contre cette discrimination et faire en sorte que les filles, une fois entrées à l’école, y demeurent et bénéficient d’opportunités similaires à celles des garçons dans leurs parcours éducatifs.

Actuellement, le problème majeur, c’est le maintien des filles à l’école car des organisations comme la Cnept et le Ministère de l’Education ont mené beaucoup d’activités de sensibilisation pour la scolarisation des filles. Des plaidoyers forts ont menés en vérité sur l’accès et le maintien des filles à l’école dans le département de Podor et au Parlement Européen avec l’artiste Baaba Maal.

Les filières scientifiques et  techniques ne sont pas souvent le domaine de prédilection des filles. Que faudrait-il faire en ce sens pour mieux les imprégner à ces disciplines?

Les filles doivent non seulement rester à l’école  mais aussi accéder aux filières scientifiques car cela implique de faire de l’école un lieu où les stéréotypes de genre doivent être déconstruits et combattus et faire en sorte que les filles scolarisées non seulement puissent mener leurs études à terme mais aient également accès à des domaines tout particulièrement des disciplines scientifiques et techniques où elles restent encore largement minoritaires. La Cnept salue à ce niveau les nombreuses initiatives de la Direction de l’Enseignement de Moyen Secondaire Général comme les Miss Mathématiques et Miss Sciences allant dans le sens d’encourager les filles à intégrer les filières scientifiques. Notre coalition aussi est en train de développer des actions et des plaidoyers forts avec ses partenaires pour une meilleure prise en compte et une intégration des filles dans les filières scientifiques.

-On remarque que beaucoup d’apprenants ratent leurs examens faute d’extraits de naissance. Que faire pour enrayer une telle situation ?

Nous constatons avec  regret  que l’Etat civil  constitue l’un des handicaps majeurs des élèves notamment en classes d’examen. Surtout à l’intérieur du pays où nos points focaux sont souvent interpellés par des parents d’élèves qui sont perturbés par ce problème de l’Etat civil qui empêche leurs enfants de participer aux examens  scolaires. C’est pourquoi en notre qualité d’organisation de veille et d’alerte, nous ne cessons d’interpeller les parents d’élèves, les collectivités territoriales, la Direction de l’Etat Civil en vue de trouver des solutions appropriées à ce problème car l’évaluation des élèves à travers les examens est un intrant de la qualité. Nous ne ménagerons aucun effort pour poursuivre notre plaidoyer en vue de lutter contre ce problème de l’Etat civil à l’école qui fait partie de nos priorités pour une éducation inclusive de qualité pour tous.

« Il importe aussi de s’activer davantage pour assurer l’équité et l’inclusion dans et par l’éducation ».

– A propos de l’éducation inclusive de qualité pour tous, que compte faire votre coalition pour bonifier ses mécanismes et stratégies ?

L’éducation inclusive de qualité a toujours occupé une place de choix dans les priorités de la Cnept et en vue de l’atteinte de l’Odd 4 qui est d’assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage, elle poursuivra ses approches innovantes et complémentaires qui permettent de faire progresser le respect du droit à l’éducation, notamment pour les groupes les plus marginalisés comme les personnes handicapées et les enfants non-inscrits à l’Etat civil. Il importe aussi, à notre avis, de s’activer davantage pour assurer l’équité et l’inclusion dans et par l’éducation et lutter contre les formes d’exclusion et de marginalisation, les disparités, les vulnérabilités et les inégalités. Le développement de l’éducation ne saurait aussi éluder la question de la formation des personnels et la Cnept compte poursuivre la formation des enseignants dans cette forme d’éducation.

– L’alphabétisation et l’éducation non formelle continuent d’être les parents pauvres du système. L’école peut-elle être performante avec ce paradigme-là ?

Au Forum mondial sur l’éducation qui s’est tenu au  Sénégal, les pays ont finalement réalisé qu’à la base de l’éducation pour tous, il y a inévitablement l’alphabétisation pour tous. Construire une société alphabétisée et instruite doit être vu comme un préalable incontournable à l’éducation pour tous. C’est pourquoi 2003-2012  a été proclamée décennie des Nations Unies pour l’alphabétisation. Dans le cadre de la stratégie du faire-faire, les opérateurs en alphabétisation membres de la Cnept ont réduit sensiblement le taux d’analphabétisme qui reste encore très élevé avec plus de 50 %. De  nombreux défis restent dans le sous-secteur de l’alphabétisation et de l’éducation notamment avec le sous-financement, la  validation des acquis par l’expérience en vue de revaloriser le statut des personnels. Le  sous-secteur reste encore le parent pauvre du système et en rapport avec la conférence de Bamako en 2007 qui avait recommandé plus de ressources, la Cnept ne cesse de mener des plaidoyers pour un financement plus accru du sous-secteur en question.  Nous avons compris que la réalisation de la vision de l’alphabétisation 2030 au sein du Programme de développement durable à l’horizon 2030 nécessite une forte volonté et un réel engagement.

Par MOCTAR DIENG

Leave a reply