Pourquoi la France hésite à livrer des chars Leclerc à l’Ukraine

0
637

Le Canada va livrer quatre chars Leopard 2 à l’Ukraine pour l’aider à combattre l’invasion russe. Une annonce de la ministre de la Défense qui intervient après la décision des Allemands et des Américains d’envoyer des chars lourds en Ukraine.

Catherine Colonna est venue à Odessa faire le point avec son homologue ukrainien sur les besoins immédiats et urgents en matière militaire et civile. La cheffe de la diplomatie française, dont c’était la quatrième visite en Ukraine depuis le début de l’invasion russe, est venue « témoigner du soutien dans la durée de la France au peuple ukrainien ».

Paris a annoncé, au début du mois, l’envoi de véhicules de combat blindés légers sur roue AMX-10RC. Pour ce qui est des chars Leclerc, la question reste en suspens. « Rien n’est exclu », a dit Emmanuel Macron. Mais si le chef de l’État hésite, c’est d’abord par crainte d’alimenter l’escalade vis-à-vis de la Russie.

Il faut ensuite veiller à ne pas affaiblir les capacités de défense françaises. Or, avec 226 chars Leclerc, qui de surcroît ne sont plus produits, l’état-major français estime que son parc est déjà limité.

Rapport coût-bénéfice

Enfin, il faut estimer le rapport coût-bénéfice d’une telle fourniture et s’assurer que ces véhicules offriront un soutien réel et efficace aux forces armées ukrainiennes. Or, ces chars requièrent un soutien logistique très important ce qui risque d’augmenter sensiblement la facture.

De leur côté, les Ukrainiens insistent plutôt auprès de Paris pour obtenir des systèmes de défense aérienne, des systèmes de radar et des munitions.

Il s’agit d’approvisionner les Ukrainiens en matériels qui soient « cohérents avec leurs besoins », indique une source diplomatique à l’Agence France-Presse (AFP), ajoutant que le président ukrainien Volodymyr Zelensky n’avait « pas exprimé de besoin de chars Leclerc » pour des raisons « évidentes », à savoir des problématiques de logistique, d’entretien et de stocks. « Pour une armée, quelle qu’elle soit, avoir dans ses forces dix types de chars différents, crée une équation logistique qui est quasiment insoluble », a mis en avant cette source, insistant sur le fait que les Ukrainiens « voulaient depuis le départ » des chars Leopard 2 que l’Allemagne a finalement promis, mercredi, de livrer à l’Ukraine.

Leave a reply