Pr Jean Charles Biagui, en mode diagnostic concernant les contestations post-investitures et risques de vote-sanction de Benno

0
351

Enseignant chercheur en sciences politiques à la Faculté des sciences juridiques et politiques de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, le professeur Jean Charles Biagui livre son diagnostic sur le vent de contestation qui a suivi la publication des listes de candidatures pour les Locales de janvier prochain. Soulignant d’emblée que l’opposition a manqué une belle occasion de profiter des nombreuses contestations dans Benno Bokk Yakaar, si elle n’était pas tombée dans le même piège, il décline par ailleurs les autres éléments constitutifs d’un potentiel vote-sanction contre le pouvoir en place.

La publication des listes de candidatures pour les Locales de janvier prochain a provoqué un tsunami de contestation aussi bien au sein de la majorité que de l’opposition. Qu’est-ce qui explique cette situation à votre avis ?

Les investitures dans la perspective des Locales ont engendré beaucoup de frustrations aussi bien dans le camp du pouvoir que dans celui de l’opposition. Les hommes politiques sénégalais quel que soit leur bord politique, pouvoir et opposition confondus, nous parlent de démocratie au sommet de L’Etat alors qu’ils sont incapables de l’appliquer dans leurs structures partisanes. Ils (hommes politiques) ont une nouvelle fois montré leur manque de culture démocratique puisque d’une manière générale, ce sont les appareils centralisés des partis et mouvements politiques organisés autour de leurs  chefs respectifs  qui ont choisi leurs candidats. Il est difficile de mesurer aujourd’hui l’impact de toutes ces frustrations le jour du vote. Mais, il est évident que l’opposition aurait pu tirer profit des nombreuses contestations dans Benno Bokk Yakaar si elle avait su éviter les mêmes frustrations dont fait face le camp présidentiel.

Ces contestations peuvent-elles fragiliser Benno Bokk Yakaar qui fait face à une opposition ragaillardie depuis les évènements de mars?

Il convient de relativiser les états d’âme de certains candidats recalés par le chef de l’Etat. La nature clientéliste des rapports entre la plupart d’entre eux et le président de la République les pousseront certainement à changer de ton. C’est d’ailleurs déjà le cas à Ziguinchor ou à Kaolack où les propos de Doudou Ka et de Mariama Sarr au lendemain de leur mise à l’écart révèlent s’il en était encore besoin qu’ils n’ont aucune autonomie d’action.

La nature clientéliste des rapports entre la plupart d’entre eux et le président de la République les pousseront certainement à changer de ton.

Le risque de vote sanction ne pèse-t-il pas sur la majorité au cours de ces élections certes locales mais jugées cruciales pour l’avenir du pouvoir en place?

Il ne faut pas écarter les votes-sanction dans certaines localités. Il ne faut pas non plus surestimer le poids des nombreuses frustrations sur l’issue du scrutin. Certains candidats recalés par le camp présidentiel n’ont pas forcément des profils de vainqueur. D’autres sont fortement contestés dans leurs localités ou ne font pas forcément le poids devant les figures locales de l’opposition. D’autres encore vont progressivement revenir dans les rangs du système clientéliste  et éviter ainsi d’être exclus du pouvoir et de ses avantages. En tout état de cause, les candidats proposés par Benno, les membres du gouvernement en particulier,  ont beaucoup à gagner de ces élections en  cas de victoire mais aussi beaucoup à perdre s’ils ne sont pas élus. Cela dit, je ne suis pas sûr que les prochaines élections locales soient  un pertinent  indicateur pour les échéances de 2024. Dans plusieurs localités, les électeurs ne vont pas obligatoirement donner un caractère national à l’élection. Ils  voteront en pensant à leurs communes ou leurs départements et rien d’autre.

« Certains candidats recalés par le camp présidentiel n’ont pas forcément des profils de vainqueur.« 

A votre avis, le président Sall peut-il surfer sur ses victoires antérieures pour réussir un autre coup KO?

L’enjeu pour le pouvoir n’est pas de remporter l’élection dans toutes les localités mais surtout de gagner les principales agglomérations significatives pour l’opposition  comme Dakar, Touba ou Ziguinchor. S’il perd dans ces localités, son éventuelle victoire dans les autres agglomérations aura un goût de défaite. Benno Bokk yakaar va malheureusement utiliser les moyens de l’Etat dans le cadre de ces élections.  Ça ne sera donc pas une grande prouesse que de les  remporter. La grande prouesse, c’est de battre démocratiquement l’opposition dans les fiefs précédemment évoqués. En outre, le pouvoir a beaucoup à perdre si la violence politique se poursuit dans le cadre de  ces joutes électorales ou si plusieurs contentieux électoraux apparaissent au lendemain du 23 janvier. L’idée d’une démocratie en recul et en perte de vitesse pourrait ainsi être confortée.

« En outre, le pouvoir a beaucoup à perdre si la violence politique se poursuit dans le cadre de  ces joutes électorales ou si plusieurs contentieux électoraux apparaissent au lendemain du 23 janvier.« 

Le nouveau champ politique marqué par l’émergence de nouveaux acteurs n’est-il pas en train d’émietter la force politique du Président?

En l’absence de sondages d’opinions fiables et réguliers, il est difficile de mesurer le poids politique actuel du Président et celui de ses adversaires. Au-delà de la reconfiguration permanente du champ politique, c’est surtout les conditions de la gestion de l’Etat qui décrédibilisent son camp politique. Tout comme ses prédécesseurs, il est confronté à l’usure du pouvoir. La bonne gouvernance est un slogan servi aux bailleurs sans aucune réalité. Le plan extraverti Sénégal émergent est dans l’impasse. Les politiques publiques, lorsqu’elles existent sont inadéquates et incapables de lutter contre un chômage endémique.  La santé et l’éducation ne sont des priorités que dans les discours officiels. L’immigration clandestine semble être la seule issue pour beaucoup de jeunes. Si les électeurs tiennent compte de tout cela, ils pourraient sanctionner le pouvoir le 23 janvier.  Mais  l’électeur sénégalais peut exprimer une autre rationalité et avoir une autre lecture. A vrai dire, il est difficile de mesurer la force politique réelle des acteurs politiques sénégalais surtout lorsqu’ils s’inscrivent dans le cadre de coalitions.

PROPOS RECUEILLIS PAR NANDO CABRAL GOMIS

Comments are closed.