Pr Meïssa Diakhaté appelle à une “cohabitation harmonieuse” entre les sociétés minières et les orpailleurs à Sabodala

0
243

(APS) – Le directeur de cabinet du ministre de l’Énergie, du Pétrole et des Mines, Meïssa Diakhaté, a plaidé, lundi, à Dakar, pour une “cohabitation harmonieuse” entre les industries minières et les orpailleurs de Sabodala, une commune de la région de Kédougou (sud-est) abritant les principales mines du pays.

“C’est une marque de générosité de cohabiter avec les orpailleurs. Il ne faut pas instaurer un climat conflictuel, une collaboration extrêmement difficile”, a-t-il lancé aux employés et aux dirigeants des sociétés minières, lors d’une cérémonie de présentation du rapport de développement durable 2023 de Sabodala Gold Operations (SGO).

“Je pense qu’une […] bonne collaboration aurait permis de trouver des couloirs adaptés” pour les orpailleurs et de les tenir “loin des entreprises”, a dit M. Diakhaté, concernant les récurrents conflits entre orpailleurs et sociétés minières, dans cette partie du Sénégal.

Le directeur de cabinet du ministre de l’Énergie, du Pétrole et des Mines, considérant que l’absence de concertation est souvent à l’origine des conflits, appelle les entreprises à aller vers les orpailleurs pour nouer le dialogue avec eux.

Les entreprises “ont de grandes surfaces qu’elles n’exploitent pas”, alors que les orpailleurs, de leur côté, “n’ont pas les moyens de faire plus que les entreprises”, a signalé Meïssa Diakhaté.

“Vous n’êtes pas présents sur toutes les grandes surfaces que vous avez. Vous pouvez les emmener en amont, un peu plus loin, parce qu’ils n’ont pas, de toutes les façons, les moyens d’aller au-delà de 20 mètres” de profondeur, a-t-il dit.

Or, les grandes sociétés minières ont des moyens de forer “jusqu’à 60 mètres”, a ajouté M. Diakhaté, invitant les entreprises concernées à “faire davantage pour les populations” vivant près des mines.

Il a souhaité voir le rapport de SGO présenté l’année prochaine par la société civile.

“Nous souhaiterions que les populations, elles-mêmes, puissent dire en quoi les efforts que vous êtes en train de faire modifient qualitativement leur niveau de vie et transforment de façon systémique l’économie et l’environnement”, a expliqué Meïssa Diakhaté.

Selon le directeur général de Sabodala Gold Operations, Abdoul Aziz Sy, la cérémonie de présentation du rapport rend compte des performances de la société en termes de développement durable.

Il précise que le rapport en question couvre des aspects importants relatifs à la bonne gouvernance, à la transparence et à la contribution économique de Sabodala Gold Operations.

Le maire de Sabodala, Mamadou Cissokho, a appelé à la consolidation des acquis de SGO au bénéfice des populations.

“Aussi bien dans les secteurs de la santé et de l’éducation que de l’action sociale, en passant par la promotion des femmes et des jeunes, a-t-il dit, les lignes ont grandement bougé dans notre commune.”

Il n’y a pas d’abris provisoires (salles de classe souvent faites de paille et de branches d’arbres) dans les écoles de la municipalité, a signalé son maire, ajoutant par que Sabodala est “l’une des rares communes où l’autonomisation des femmes a atteint des niveaux insoupçonnés”.

La commune dispose aussi de cinq ambulances, pour une population d’environ 15.000 habitants, selon M. Cissokho.

Moussa Danfakha, le président du conseil départemental de Saraya, dont dépend Sabodala, s’est réjoui de l’exercice de transparence qu’a fait Sabodala Gold Operations avec la présentation du rapport. Il préconise la “pérennisation” de cette initiative, tout en souhaitant qu’elle puisse inspirer les autres sociétés minières.

Leave a reply