Première journée de la série de manifestation appelées par Yewwi Askan Wi : Dakar sous l’interdiction

0
1063

La première journée de la série manifestation appelées par les leaders de la coalition Yewwi askan wi sur l’étendue du territoire nationale pour le 29, le 30 mars et le 3 avril prochain s’est soldé par échec à Dakar. En effet, si dans les localités comme Saint louis, Sédhiou, Mbour, Keur Massar, Ziguinchor ou encore Guédiawaye, les militants et sympathisants de l’opposition ont pu effectuer tranquillement et sans aucun problème leur marche autorisée par les préfets départementaux, à Dakar les forces de défense ont pu imposer le respect de l’interdiction dictée par le préfet département.

Le Sénégal a vécu hier, jeudi 29 mars la première journée de la série manifestation appelées par les leaders de la coalition Yewwi askan wi pour le 29, le 30 mars et le 3 avril prochain dans le cadre du procès pour diffamation opposant le leader de Pastef, Ousmane Sonko au ministre Mame Mbaye Niang. Si dans les localités comme Saint louis, Sédhiou, Mbour, Keur Massar, Ziguinchor ou encore Guédiawaye, les militants et sympathisants de cette coalition d’opposition ont pu effectuer tranquillement et sans aucun problème leur marche autorisée par les préfets départementaux, tel n’est pas le cas dans le département de Dakar. En effet, pour faire respecter la mesure d’interdiction du préfet de Dakar de la marche prévue par les leaders de la coalition Yewwi askan wi sur l’avenue Cheikh Anta Diop, du rond-point de l’université à celui de la Poste de Médian, les autorités ont déployé un important dispositif sécuritaire entre la cité Keur Gorgui et l’université Cheikh Anta Diop en passant par le siège du PRP (parti de Déthie Fall).

A la cité Keur Gorgui où réside le leader de Pastef, Ousmane Sonko non moins maire de Ziguinchor, toutes les routes menant à son domicile sont barricadées et fermées à la circulation. A l’Université Cheikh Anta Diop où devait partir la marche de l’opposition pour rallier le rond de la Poste de Médina, un important dispositif policier a été déployé avec des blindés anti-émeutes le long de l’avenue Cheikh Anta Diop. Résultat, en lieu et place d’une marche, l’après-midi de cette première journée de la série de manifestations appelées par la coalition Yewwi askan wi a été plutôt marquée par des échanges de pierres et tirs de gaz lacrymogène entre étudiants et forces de l’ordre et une perturbation de la circulation sur l’avenue Cheikh Anta Diop jusqu’aux environs de 17 heures. A signaler qu’aucun leader de Yewwi askan wi n’a été aperçu les lieux.

Les leaders de la coalition Yewwi askan wi et des journalistes gazés par les Gendarme devant le siège du Prp

Situé sur la Voie de dégagement du nord (Vdn), le siège du Parti républicain pour le progrès (Prp) de Déthié Fall a été le premier point d’accrochages entre les leaders de la coalition Yewwi askan wi et les éléments de la Gendarmerie nationale en début de l’après-midi de la journée d’hier. Accompagnés des leaders de Yewwi askan wi dont des députés, Déthié Fall qui a voulu accéder à l’intérieur de la permanence de son parti barricadée par des éléments de la Gendarmerie a été empêché par ces derniers. Armés jusqu’aux dents, les Gendarmes ont refusé l’accès au bâtiment en brandissant des instructions reçues de leurs supérieurs. Mieux, ils ont même procédé à des tirs de grenades lacrymogènes sur les responsables de la coalition Yewwi Askan Wi et les journalistes présents sur les lieux au moment où Birame Soulèye Diop, président du groupe parlementaire de cette coalition d’opposition s’apprêtait à faire une déclaration de presse devant le siège du Prp.

Une camerawoman de Témoin Web heurtée par un véhicule et évacuée à l’hôpital.

Dans le chaos provoqué par les tirs des grenades lacrymogène sur les responsables de l’opposition et les journalistes lors de cette déclaration de presse avortée devant le siège du Prp, une journaliste s’en est sortie avec une blessure au niveau du pieds après avoir été heurtée par un véhicule alors qu’elle essayait de s’éloigner des tirs de gaz lacrymogènes des Gendarmes et une autre a perdu connaissance dans la foulée. S’exprimant sur ces incidents, le Secrétaire général du Syndicat des professionnels de l’information et de la communication Sénégal (Synpics), Bamba Kassé a indiqué que Yacine Thiam a été renversée par un véhicule particulier à la suite d’une charge de la gendarmerie, ont confirmé plusieurs témoins. « Synpics, la CJRS et le président de APPEL, sont aux côtés de son employeur Bassirou Dieng pour sa prise en charge médicale. Notre priorité est la santé de la consœur qui dispose d’un récépissé de dépôt de la carte nationale de presse et qui a été blessée dans le cadre de son travail » a encore ajouté Bamba Kassé qui prie le « propriétaire du véhicule de se présenter à Hôpital Idrissa Pouye pour la suite à réserver à cette affaire ».

MALICK GACKOU, PRESIDENT DU GRAND PARTI

« Cette situation est inqualifiable au Sénégal qui est censé être un pays démocratique »

Prenant la parole après avoir été gazié par les gendarmes, le président du Grand parti, Malick Gackou a dénoncé la « violence exercée par le régime en place contre l’opposition ». Poursuivant son propos, le candidat déclaré à la présidentielle de 2024 a toutefois précisé que lui et ses camarades de l’opposition vont continuer leur combat pour la défense de la démocratie sénégalaise au prix de leur vie.

« Cette situation est inqualifiable au Sénégal qui est censé être un pays démocratique. Nous allons défendre la démocratie sénégalaise, nous allons défendre les libertés, au prix de nos vies. Le Sénégal n’a pas de prix quand il s’agira de le défendre. Et nous serons au premier rang pour ce combat avec tous les leaders de la coalition Yewwi Askan Wi et les forces vives de la nation ».

Nando Cabral Gomis

Leave a reply