Préoccupés par l’interpellation de 25 membres du collectif des impactes du ter : les « droits-de-l’hommiste » appellent à «respecter leur droit à une juste indemnisation»

0
273

L’interpellation de 25 personnes, membres du Collectif des impactés du projet du Train express régional (TER) dénonçant une «injustice» dans leur indemnisation, le samedi 22 octobre 2022, qui ont été déférées au Procureur avant-hier, lundi 24 octobre, inquiète des organisations de défense des droit humains. «La Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO), le Centre de Recherche et d’Actions sur les Droits Economiques, Sociaux et Culturels (CRADESC), La Ligue Sénégalaise des Droits Humains (LSDH) et Amnesty International Sénégal ont été informées de l’arrestation et le déferrement au Procureur de la République Près le Tribunal de Grande Instance de Dakar, le lundi 24 octobre 2022, de Babacar Diouf, chargé de programme de l’ONG Lumière Synergie pour le Développement (LSD) et de vingt-quatre (24) membres du Collectif des Impactés du projet de Train Express Régional (TER). Toutes ces personnes ont été interpellées au domicile d’un membre du Collectif, alors qu’elles préparaient un rassemblement en vue de demander le respect de leurs droits», informe un communiqué conjoint signé ces quatre organisations, en date d’hier mardi.

Amnesty, la RADDHO, la LSDH et le CRADESC, tout en appréciant ce projet étatique, expriment leurs préoccupations notamment le recours au dialogue et le respect du droit des impactés de la deuxième phase du TER (Diamniadio-AIBD – Aéroport international Blaise Diagne de Diass) à une «juste indemnisation». Elle «sont préoccupées par ces arrestations qui constituent des violations flagrantes du droit de réunion pacifique garanti par la Constitution et des traités régionaux et internationaux de droits humains dont l’Etat du Sénégal est partie. Elles demandent leur libération immédiate et sans condition. Nos organisations reconnaissent l’utilité des projets d’infrastructures et leur impact sur le bien-être économique et social de la population et le développement économique du pays de façon générale ; mais elles tiennent à rappeler que la réalisation de ces projets doit se faire dans le strict respect des droits des populations impactées. Elles exhortent l’Etat à poursuivre le dialogue avec les personnes impactées par le projet de TER et de respecter leur droit à une juste indemnisation», lit-on dans le document.

ID

Leave a reply