Présence de Wagner au Mali: «Poutine peut confirmer ce qu’il veut!»

0
371

Au Mali, toujours pas de réaction de la part des autorités du pays après les propos de Vladimir Poutine sur la présence de mercenaires russes au Mali.

Interrogé en début de semaine par un journaliste, à l’issue d’une rencontre avec Emmanuel Macron consacrée au dossier ukrainien, le président russe Vladimir Poutine n’a pas démenti la présence de mercenaires russes au Mali. Il a en revanche démenti tout lien de l’État russe avec les sociétés privées opérant au Mali, des propos qui semblent contredire le discours des autorités maliennes de transition qui affirment que seuls des instructeurs russes, engagés dans le cadre d’une coopération d’État à État, sont présents dans le pays.

« Pas le choix »

Près d’une semaine après, et en dépit des sollicitations de RFI, Bamako n’a toujours pas réagi aux propos de Vladimir Poutine. Ce qui ne fait en aucun cas fléchir le soutien d’une large part de la population et de certains acteurs politiques, mobilisés derrière les autorités de transition.

Abdel Kader Maïga est membre du comité stratégique du M5-RFP, le mouvement dont est issu l’actuel Premier ministre, Choguel Maïga ; il répond à RFI :

« Le Mali n’avait pas le choix d’aller chercher des gens pour l’aider. Même si c’est avec le diable, on est prêts à pactiser pour avoir la paix. Qu’ils soient mercenaires, qu’ils soient Wagner, qu’ils soient criminels, le Mali s’en fiche éperdument. Poutine a dit ce qu’il veut. Poutine peut même confirmer qu’il y a des mercenaires ici, ce n’est pas notre problème. Notre problème, c’est la paix pour le Mali et c’est que le monde nous foute la paix, parce qu’ils étaient tous là pendant sept ans. On est en train de mourir et on ose venir nous parler de Wagner, de mercenaires, de ceci, de cela… »

Est-ce que vous attendez des précisions de la part des autorités de transition après ces propos de Vladimir Poutine ?

« Les autorités maliennes ne doivent même pas répondre à cela. Nous, on s’en fiche de savoir la vérité. Nous sommes en train de travailler avec des gens qui nous aident qu’ils soient des mercenaires de l’Etat russe, qu’ils soient des criminels de l’État russe, ce n’est pas notre problème. Je ne souhaite même pas que l’État réagisse à cela parce que ce n’est pas un événement pour nous ».

RFI.FR

Comments are closed.