Présence récurrente sur le marché de produits impropres à la consommation : «Volet», encore une drogue à la portée des enfants

0
256

La présence sur le marché  d’une drogue appelée «volet» remet en cause la protection des enfants qui, très fréquemment, trouvent à leur portée des produits nocifs à  leur santé. Après dénonciation des mesures sont prises sans pourtant qu’il ne soit noté une fin de la vente de produits dangereux.

Le comprimé dit «volet», utilisé par les jeunes est au cœur des débats ces derniers jours. Il est vendu dans les soirées et autres rencontres festives bondées de jeunes. Son prix, 10.000 F Cfa.  Ses mérites pour être autant prisé, sont ses effets stimulants. Ses conséquences néfastes sur la santé sont dénoncées. Le volet est une drogue de synthèse de la famille des amphétamines qui est une psychostimulante. La présence de ce comprimé qui n’a d’autre but que de servir de drogue, remet en question la protection des enfants contre la consommation de produits dangereux ou constituant une entorse aux bonnes mœurs.

Il n’y pas longtemps, c’était le cas avec des jouets faisant la promotion des LGBT. Il a fallu qu’une vidéo devienne virale sur internet pour que des réactions de désapprobation s’en suivent et que les autorités décident de les retirer du marché. La circulation de ces bonbons faisant la promotion de l’homosexualité avait soulevé la colère d’organisations de la société civile telles que Jamra et autres. Des semaines après un jouet sous forme de pistolet contenant un liquide apparenté à de l’alcool a été découvert à Rufisque. Ses effets, enivrer les enfants après consommation. Des enfants l’ayant utilisé se sont remis plusieurs jours après utilisation.

La vente des dosettes alcoolisées à vil prix a toujours été source d’inquiétudes. L’alcool est accessible. Les nombreuses alertes dans les médias n’ont rien changé. La liqueur dite Jakarta fait aussi des ravages. Le contrôle de ces produits avant la mise en circulation est source de questionnement. Le risque  pour les enfants est grand car, les produits sont faciles d’accés et parfois vendus devant les écoles ou autres lieux de fréquentation publique.

Fatou NDIAYE

Leave a reply