Présentation a tour de rôle des têtes de listes aux législatives : Pape Djibril Fall, un novice qui rêve grand

0
4486

Plus jeune candidat tête de liste proportionnelle lors de ces prochaines élections législatives prévues le 31 juillet prochain, Pape Djibril ne rêve que d’une seule et unique chose aujourd’hui : faire partir des 165 députés qui vont constituer la quatorzième législature. Diplômé de la 42ème promo du Centre d’études des sciences et techniques de l’information (Cesti) sortie en 2014, son ambition est de donner un nouveau souffle à l’Assemblée nationale.

Hier, journaliste chroniqueur sur les plateaux de la télévision (Tfm) du Groupe Futurs Médias (GMS), aujourd’hui candidat tête de liste proportionnelle des serviteurs/Marche Pour le Renouveau (MPR) aux législatives 2022, Pape Djibril Fall fait ainsi partie de la longue liste des journalistes sénégalais qui, à force de pratiquer les politiques et la chose politique, ont fini par succomber à la tentation. Plus jeune candidat tête de liste proportionnelle lors de ces législatives prévues le 31 juillet prochain, Pape Djibril ne rêve que d’une seule et unique chose aujourd’hui,  faire partir des 165 députés qui vont constituer la quatorzième législature. Après plusieurs années passées à commenter les faits politiques au Sénégal en tant que journaliste diplômé de la 42ème promo du Centre d’études des sciences et techniques de l’information (Cesti) sortie en 2014 et qui avait pour parrain le regretté journaliste Amadou Tidiane Djigo dit Cheikh, disparu 3 ans auparavant, Pape Djibril Fall veut changer de cap et faire partir de ceux qui font bouger les choses. « J’ai une passion sans limite pour le développement du Sénégal et de l’Afrique », avait-il laissé entendre lors de la conférence de presse de déclaration de sa candidature le 22 avril dernier.

Et malgré son jeune âge et son parcours de novice, il n’a pas milité dans un parti politique, jamais été élu et ne s’est jamais présenté à une élection locale ou nationale, il faut dire que l’homme ne cache pas sa détermination à donner un nouveau souffle à l’Assemblée nationale. Autrement, « une institution qui travaille de manière totalement libre pour contrôler l’action de l’Exécutif ». Pour parvenir à cet objectif, il ne compte que sur le peuple sénégalais souverain. La preuve, il a refusé toute alliance politique dans le cadre de ces élections et a décidé d’aller tout seul à la quête du suffrage des Sénégalais avec son mouvement : les serviteurs/Marche Pour le Renouveau (MPR) comme l’avait fait, en 2017, l’actuel leader de Pastef, Ousmane Sonko dont la candidature comme tête de liste nationale des titulaires de la coalition Yewwi askan wi à ces prochaines législatives a été rejetée par le ministère de l’intérieur. « Nous ne sommes dans aucune contingence politique. Nous n’avons aucun engagement politique de quelque bord que ce soit. Nous envisageons de tracer une ligne que nous allons construire avec les Sénégalaises et Sénégalaises qui sont fatigués de cette bipolarisation dans l’espace politique», avait-il fait remarquer lors de cette conférence de presse de déclaration de sa candidature le 22 avril dernier.

Dans le cadre de cette campagne électorale, le candidat tête de liste proportionnelle des serviteurs/Marche Pour le Renouveau (MPR) a défendu plusieurs thèmes dont les principaux tournent autour de l’amélioration et le renforcement des infrastructures dans les secteurs de la santé, du transport, de l’agriculture à travers notamment sa mécanisation et l’industrialisation.

NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply