Préservation de la cohésion nationale, reconsidération du discours religieux : l’appel des Layennes

0
318

Il est important que tout ce qui peut nuire à l’entente entre communautés religieuses soit évité. L’invite est du président du Comité d’organisation de l’Appel de Seydina Limamoulaye, Seydi Issa Laye. Dans son allocution hier, vendredi 4 mars, au démarrage de la 142e édition de l’Appel, à Cambérene, il a aussi plaidé pour une déconstruction du discours religieux qui, selon lui, ne répond plus aux exigences de l’heure.

L’Appel de Seydina Limamou Laye a débuté hier, vendredi 4 mars, après une pause de deux ans due à la Covid-19. A l’ouverture de l’édition de cette année, la 142e du genre, tenue devant le mausolée de Seydina Issa Rouhou Laye à Cambérene, le président du Comité d’organisation, Seydina Issa Laye, a alerté sur les prémices qui menacent la cohésion sociale connue du Sénégal. Pour lui, il est nécessaire que tout soit centré sur la citoyenneté et que tous les germes de division soient écartés.

«L’Islam confrérique, socle de la cohésion nationale, est l’œuvre des guides religieux. Elle est menacée et les gens ne veulent pas en parler. Tant qu’on n’insistera pas sur la citoyenneté, on portera atteinte au pays. Le Sénégal n’est pas pour une majorité ou une minorité ; il appartient à tous», a soutenu le religieux. Mieux, insiste-t-il, «quand on va jusqu’à faire une comparaison entre les ‘’tarikhas’’ (confréries) en se basant sur le nombre de disciples ou exclure l’Eglise, cela veut dire qu’on a plongé le pays dans un gouffre». 

APPEL A REPENSER LE DISCOURS RELIGIEUX ET A FORMER LES IMAMS

Seydina Issa Laye jure et met en garde, en soutenant que si ce legs basé sur une harmonie n’est pas préservé, le Sénégal risque de subir des situations de crise beaucoup plus atroces que ce qui se passe présentement dans certains pays de la sous-région.  Il invite, dès lors, toutes les autorités religieuses à faire de sorte que le «vivre ensemble» soit préservé.

S’adressant aux fidèles, venus nombreux à Cambérene, Seydina Issa Laye a déploré le discours religieux servi aux jeunes. Pour lui, il est parfois dépassé ou véhiculé d’une façon à créer le doute. «Le discours religieux est maintenant transmis par tous, au point de créer un vide intellectuel. Les mosquées doivent être des relais pour la société, spécialement pour les jeunes.  Ceux qui les dirigent doivent être formés, afin qu’ils puissent livrer des messages conformes aux exigences de l’heure».

«LA NEGLIGENCE DES PARENTS EST LA CAUSE DE L’EXTREMISME»

Dans son allocution, le président du Comité  d’organisation de l’Appel est revenu aussi sur le rôle des parents  dans l’éducation de leur progéniture. «Les parents doivent être des exemples. Il n’y a pas de conflits de générations. Les adultes doivent être à l’écoute des jeunes. Les jeunes doivent laisser le temps de réflexion sous l’encadrement des adultes. On doit questionner la société. La négligence des parents est la cause de l’extrémisme. Ce qui est présenté comme projet de société ne convient plus à quelqu’un de réfléchi», a dit Seydina Issa Laye.

Le porte-parole de la famille, Mouhamadou Lamine Laye, a été le second orateur de la cérémonie. Il est revenu sur le sens de l’Appel qui n’est pas que des festivités. «Il est un legs du Mahdi qui, dès les premières heures de l’Appel, a insisté sur le caractère sacré de celui-ci en disant que quiconque l’aurait fait sans une assise religieuse motivée par une recommandation divine n’aurait pas survécu», a-t-il dit.

Mamadou Lamine Laye ajoutera aussi que «Limamoulaye est le seul dont l’Appel a perduré jusqu’à une centaine d’éditions, parmi tous ceux qui avaient fait une déclaration pareille. Il n’y pas de raisons valables qui peuvent assoir le déni de Seydina Limamoulaye», conclut-il.  A signaler que l’Appel de Seydina Limamoulaye qui en est à sa 142e édition se poursuit aujourd’hui à Yoff. Durant deux jours, les 4 et 5 mars 2022, les localités de Cambérène, Diamalaye, Ngor et Yoff seront les points de convergences de fidèles. Cette présente édition a pour thème : «Le rôle de l’éducation dans la lutte contre l’extrémisme». L’Appel sera aussi marqué par la cérémonie officielle qui sera présidé par le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Antoine Félix Abdoulaye Diome.

Fatou NDIAYE

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :