Tenue du scrutin avant la date-butoir du mandat présidentiel : seize candidats à la présidentielle pressent les autorités

0
432

Ils sont seize candidats à réclamer des autorités l’organisation d’une nouvelle date du scrutin présidentiel au plus tard le 2 avril 2024. Par ailleurs, évoquant le point sur l’initiative de la concertation qu’entamerait par le président Macky Sall ce lundi 19 février, pour fixer la date de l’élection, d’après la presse, ces candidats précisent à cet effet, que seuls, les candidats reconnus par le Conseil constitutionnel ainsi que leurs mandataires sont habilités à interagir avec les autorités compétentes.

« La nouvelle date du scrutin de même que celle de la passation de service entre le président et son successeur, doivent se tenir au plus tard le 02 avril 2024 », réclament dans un communiqué conjoint quinze candidats à l’élection présidentielle de 2024.

Par ailleurs, évoquant le sujet sur les concertations que va entamer le président Macky Sall, pour fixer la nouvelle date du scrutin, selon la presse, ils précisent à ce sens, que « les candidats reconnus par le Conseil constitutionnel ainsi que leurs mandataires sont les seuls habilités à interagir avec les autorités compétentes pour le bon déroulement des opérations électorales. »

Aussi rappellent ces prétendants à la magistrature suprême, aux autorités compétentes l’urgence d’exécuter la décision du conseil constitutionnel d’organiser un nouveau scrutin dans les meilleurs délais pour respecter la date butoir du 02 avril 2024 qui coïncide avec la fin du mandat présidentiel », souligne le document.

Cependant, ces candidats dont Alioune Mamadou Dia, Mamadou Lamine Diallo etc. disent constater « avec amertume que depuis la décision du conseil constitutionnel, qu’aucun acte n’a été posé par les autorités dans le sens d’exécuter celle-ci », regrettent-t-ils.

Toutefois, ils rappellent « à l’opinion nationale et internationale que le mandat du Président Macky SALL, conformément à la décision du Conseil constitutionnel, se termine OBLIGATOIREMENT le 02 avril 2024 et qu’il ne peut rester au pouvoir ou faire autorité au-delà de cette date.»

A cet effet, ils exhortent « le peuple sénégalais à continuer la mobilisation pour le respect de la légalité constitutionnelle », lancent-ils.

O G

Leave a reply