Présidentielle de 2024, collaboration au sein de yaw et dynamique yewwi-wallu a l’assemblée : Sonko se détermine et clarifie

0
444

Le leader de Pastef, Ousmane Sonko, se lance dans la course pour la présidentielle de 2024. En conférence de presse organisée hier, jeudi 18 août, l’ancien candidat malheureux classé 3ème à l’issue de la présidentielle de 2019 a indiqué, après avoir officiellement annoncé sa candidature pour 2024, que cette décision ne va pas à l’encontre de la charte de la coalition Yewwi Askan wi encore de la dynamique de l’inter-coalition Yewwi-Wallu dont il a livré quelques points.  

A peine la page des élections législatives du 31 juillet dernier tournée le 12 août dernier, jour où le Conseil constitutionnel a publié les résultats définitifs de ce scrutin, le leader de Pastef Ousmane Sonko lance sa campagne électorale en perspective de la présidentielle de février 2024. Face à la presse hier, jeudi 18 août, la tête de liste nationale de la coalition Yewwi Askan wi, éliminée de la course des élections législatives du 31 juillet dernier après l’invalidation de la liste des titulaires de cette même coalition par la Direction générale des élections, a annoncé officiellement sa candidature pour 2024. « Moi Ousmane Sonko, s’il plaît à Dieu et si mon parti le veut parce que nous avons des règles d’investiture au sein du parti, je serais candidat à l’élection présidentielle de février 2024 », a annoncé le maire de Ziguinchor qui dit tirer la légitimité de sa candidature de la confiance que lui accordent les Sénégalais.

« Je n’ai pas besoin de démontrer la légitimité de cette candidature parce que tous les Sénégalais qui suivent avec nous, qui sillonnent le pays avec nous, savent la relation que nous avons avec une très grande partie du peuple. Une relation faite de confiance, d’affection et surtout d’espoir par rapport au projet que nous portons avec un parti politique avec les alliés, les sympathisants et au niveau national et international ». Poursuivant son propos, le leader de Pastef annonçant au passage une tournée nationale au mois de décembre prochain dans tous les 46 départements du Sénégal dans le cadre de cette candidature, a invité ses  militants et sympathisants qui s’activent très souvent sur le terrain et dans les réseaux sociaux, à orienter tous leurs efforts sur le terrain afin d’enrôler les jeunes primo-votants pour qu’ils aillent s’inscrire sur les listes électorales et à implanter des cellules partout dans le pays ».

« Ma candidature ne viole pas les accords au sein de la coalition Yewwi Askan Wi, encore moins l’esprit de l’inter coalition Yewwi-Wallu »

Face aux journalistes, le leader de Pastef et candidat malheureux classé 3ème à l’issue de la présidentielle de 2019 a précisé que sa déclaration de candidature ne va pas à l’encontre de l’accord qui lie sa formation politique, le Pastef, aux autres formations membres de la coalition Yewwi Askan Wi, encore moins l’esprit de l’inter coalition Yewwi-Wallu. Annonçant le partage du contenu du contrat qui lie les différents partis membres de la coalition Yewwi Askan Wi et l’accord de partenariat entre Yewwi Askan Wi et Wallu, Ousmane Sonko a réaffirmé avec force l’ancrage de son parti au sein de la coalition Yewwi Askan Wi et de l’inter-coalition Yewwi-Wallu. « Pastef reste dans Yewwi tout comme il soutient l’inter-coalition Yewwi-Wallu », a-t-il déclaré tout en précisant que dans le cadre de  Yewwi Askan wi, l’accord d’une candidature unique portait seulement sur les élections municipales et départementales du 23 janvier dernier et les législatives du 31 juillet dernier.

« Une présidentielle, c’est le rendez-vous d’un homme avec le peuple à travers un programme de gouvernance. Chaque membre de la coalition a le droit, s’il le souhaite, de présenter sa candidature. Mais, il devra intégrer dans son programme de gouvernance un programme minimal portant sur les grandes réformes à faire proposer par la coalition », a-t-il renseigné en précisant que « l’accord qui a été défini au sein de Yewwi stipule donc que la coalition va demeurer un cadre unitaire qui doit mutualiser toutes les forces pour superviser tout le processus électoral ».

Par ailleurs, revenant sur les termes de l’accord entériné par Yewwi Askan wi et Wallu Sénégal, Ousmane Sonko a également souligné que dans le cadre de cette alliance, les deux coalitions se sont engagées dans un premier temps à «ne faire aucune compromission législative avec le pouvoir avant et surtout après les élections et ce, durant tout leur mandat législatif. Ensuite poursuit-t-il, à présenter une liste unique au niveau de chaque département sur la base d’un système de quota dans les investitures lors des législatives du 31 juillet dernier. Mais aussi à créer un seul groupe parlementaire en cas d’obtention d’une majorité parlementaire qui va dérouler leur programme de réforme. « Nous nous sommes convenus après l’obtention de la majorité de faire des réformes sur la base du programme minimal commun de législature, qui conditionne les lois à voter sur les commissions d’enquête parlementaire que nous voudrions mettre en place».

Nando Cabral Gomis

Leave a reply