Présidentielle-ramadan de Tata : Tresse et ndokett

0
353

Tata est féministe. Elle l’est jusqu’au bout des ongles. D’aussi loin que je m’en souvienne, elle a toujours manifesté ses penchants féministes en décrétant que ce qu’un garçon peut faire, une fillette de son âge le fait en mieux. Tata est née de la bonne graine. Sa grand-mère s’est toujours dressée contre les censeurs qui voulaient lui interdire de fumer la pipe, de sortir décoiffée. Elle se disait assez grande pour conduire sa vie. Sa maman étudiante frayait avec les mouvements féministes bien avant l’heure. Déjà sur les bancs de l’école, Tata rivalisait avec ses jeunes camarades, s’imposait pour jouer au foot, aux billes, à grimper les arbres. Elle ne craignait pas la castagne. Pour la présidentielle, elle n’en a que pour sa candidate, l’unique, la mascotte. Et pour sûr, elle sera la grande surprise comme Obama l’a été pour les Américaines et Américains. Elle est sur la rampe pour devenir la première présidente du Sénégal à mettre fin à la gérontocratie et à la misogynie du pouvoir. Mais pour ce fait, sa candidate devra arracher sa perruque au profit de belles tresses ou en Afro et adopter une posture de Linguère en ndokett, déchirer sur les murs le sourire goguenard des autres candidats. Le pourvoi aux femmes, Olé ! Tata y croit. Cap pour un changement révolutionnaire, Olé !

BABA  DIOP

 

Leave a reply